Une crise financière beaucoup plus grave qu’en 2008 se prépare

Modifié le

Une crise financière plus grave qu'en 2008 est à craindre

Jean-Paul Chapel, un éditorialiste en Economie, alerte sur la menace d’un nouveau crash boursier dévastateur, encore plus terrible qu’en 2008.

Publicité

« Les mêmes causes produisent les mêmes effets »: pour Jean-Paul Chapel, la menace mondiale d’un nouveau krach boursier terrible, huit ans après celui de 2008, est à craindre. Alors que la crise de 2008 fut particulièrement dévastatrice, « de nouvelles bulles pourraient éclater à nouveau », prévient le journaliste qui est intervenu sur le plateau du 20 Heures de France 2.

Impulsées par une crise immobilière sans précédent, la bulle immobilière avait explosé, faisant tomber avec elle les autres marchés boursiers à travers le monde. Comme l’explique le journaliste, « une bulle est une flambée artificielle des prix qui se nourrit de l’argent facile. Plus ça monte, plus ça attire les investisseurs. Et du coup, ça continue de monter jusqu’à l’explosion ». Cela illustre bien notre dossier de la semaine consacré aux entreprises valorisées des milliards de dollars, et qui ne génèrent encore aucun bénéfice.

Des bulles prêtent à exploser

Aux Etats-Unis comme en Chine, la bourse a doublé en 7 ans. Aussi, le marché de l’art est particulièrement vulnérable face à la spéculation: certaines œuvres de Jeff Koons ont vu leur prix augmenter de 1000% en quinze ans. L’an dernier, un tableau de Picasso s’est vendu 160 millions de dollars. Comme en 2008, le marché de l’immobilier n’est pas épargné: il y a des bulles immobilières un peu partout dans le monde, avec des prix qui sont montés en flèche artificiellement.

Publicité

Les banques centrales responsables

Principal facteur à problèmes, l’argent qui coule à flot. Alors que les banques centrales injectent de l’argent pour relancer l’économie, elles alimentent les bulles spéculatives. « Elles déversent des euros, des dollars, des yens sur les marchés financiers: près de 20.000 milliards d’euros. C’est trois fois plus qu’en 2008 », explique Jean-Paul Chapel. Il ajoute: « ces liquidités augmentent cinq fois plus vite que l’économie réelle ».

Crédit photo principale : Pixabay – Pamula133

Répondre

Laisser un commentaire

Retrouvez également TechGuru gratuitement par mail et sur votre smartphone: