Qui est Evan Blass, ce leaker vedette adulé par les fans de high-tech et détesté par les grandes marques ?

Modifié le

Evan Blass

Qui est Evan Blass alias @evleaks ? Focus sur le plus intrépide et sérieux leaker du monde technologique et informatique. Portrait sur le leaker du siècle !

Publicité

À l’origine de la quasi totalité des rumeurs inhérentes aux appareils électroniques, inconditionnel démon d’Apple, Samsung, Xiaomi, LG, Evan Blass, alias @evleaks, s’est forgé une réputation qui transcende littéralement l’entendement. Toujours bien informé sur tout et avant tout le monde, les Samsung Galaxy S7, S7 Edge, Note 7 ou même les LG G5 et HTC One 10 n’avaient plus aucun secret pour lui des mois avant leurs officialisations. Il en est de même pour le prochain iPhone 7 ou 6SE.

Qui est ce justicier des temps modernes, bourreau des grandes marques mais aussi gourou du monde des appareils mobiles ? Alors très discret, s’il a décliné notre invitation et nos demandes d’interview, nous avons souhaité lever pour vous le mystère, sur cet homme, qui fait trembler les géants de la Silicon Valley, à coups de tweets et photos de sources sûres.

Evan Blass, alias @evleaks

De son véritable nom Evan Nelson Blass, Evan Blass alias @evleaks est un blogueur, rédacteur et un jeune prodige de la communication spécialiste des fuites relatives aux appareils mobiles. Il a fait ses classes chez plusieurs grands noms de la scène de l’actualité high-tech américaine.

Originaire de Philadelphie en Pennsylvanie, Evan Blass est titulaire d’un Bachelor en Arts, Sciences Politiques et Gouvernance, obtenu en 2000 au sein du prestigieux Institut Vassar. Depuis lors, il s’est passionné pour la rédaction en freelance, avant d’officier dans divers magazines et de connaitre par le biais de sa propre entreprise, le succès qu’on lui connait aujourd’hui.

Publicité

Evan Blass, @evleak, Twitter

Compte Twitter d’Evan Blass

Sa carrière de rédacteur Web

Très à l’aise dans l’expression écrite et orale des langues anglaise et française, Evan a occupé divers postes clé chez Engadget (ex-propriété du FAI AOL), entre 2005 et 2008, avant de voguer vers de nouveaux horizons chez Obsessable, un magazine américain désormais enterré.

Suite à une période relativement sèche marquée notamment par la fermeture d’Obsessable, Evan fut recruté chez PocketNow où il a occupé le poste de Managing Editor, entre 2010 et 2012, juste avant de se retirer de la rédaction, pour passer de l’autre côté du miroir, en lançant en 2012 le compte @evleaks sur Twitter.

Le but de son nouveau compte Twitter ? Proposer en avant-première et des mois à l’avance les informations sur les prochains produits majeurs de l’industrie du smartphone. Devenu un véritable hobby pour lui au début, @evleaks s’est transformé en machine à rumeurs qui par la suite se sont quasiment toujours concrétisées sur les produits qu’il a leaké.

Une période difficile pour Evan

Deux ans à jouer au leaker star du web ont suffit à entamer l’engouement de l’ex-rédacteur, qui en 2014, a annoncé à la stupéfaction générale, qu’il clôturait le compte @evleaks, et mettait un terme à ses activités liées aux fuites sur les produits des grandes marques.

Dans une interview donnée à The Next Web, il s’explique : « J’ai essayé de monétiser comme je le pouvais mon flux Twitter mais il est très difficile de gagner de l’argent avec ce système, c’est pour cela que j’avais lancé mon site Web. Le problème est que de nombreux utilisateurs utilisent des bloqueurs de publicité, un manque à gagner considérable. Ensuite, j’avais accepté quelques tweets sponsorisés, mais j’avais l’impression de faire de la mendicité en ligne. Les problèmes financiers ainsi que la maladie qui gagne du terrain de jour en jour ne facilite rien. Donc j’ai décidé de gagner ma vie afin de vivre mieux en changeant de voie. Il y a très peu de chance que je revienne et je ne préfère pas vous donner d’espoir. Cependant, je vais suivre ce qu’il va se dire sur les réseaux sociaux. »

C’était sans compter sans doute sur la saveur du vice et les émotions que procurent le fait de tout savoir avant tout le monde, et Evan Blass en 2015, rouvrait officiellement @evleaks.

Cependant, pour des raisons demeurant encore obscures Evan Blass changea, et devint très aigri, narcissique et très renfermé, ne rigolant désormais que très peu avec ses followers (suiveurs) sur le réseau social au colibri bleu. Il en arriva même à afficher sans aucune autre forme de procès toutes les conversations que ces suiveurs lui adressaient, dans l’optique de lui soutirer davantage d’informations. L’homme d’antan moqueur et amusant devint ce colosse dont on ne fait que copier les tweets, en en respectant les consignes de citation.

Durant son absence des radars, quelques rumeurs lui annonçaient une maladie incurable, en l’occurrence la sclérose en plaques, mais le principal concerné l’a démenti farouchement, devenant de plus en plus renfermé sur lui-même, avant de reprendre les activités du compte @evleaks une année plus tard. Le très réputé The Verge (lien en anglais) enfonça le clou sur la rumeur de sa maladie la même année en le citant dans un rapport documentant une politique Walgreens controversée concernant la dispensation des analgésiques narcotiques. D’autres internautes ont évoqué de possibles poursuites judiciaires en rapport avec son activité, mais Blass ne commenta pas cette dernière rumeur.

Evan Blass, une très riche carrière de leaker à son actif

Vous êtes une jeune marque technologique qui compte bientôt lancer son premier smartphone ? Attention à ceux avec qui vous développez ce dernier, car ils pourraient bien être en relation avec Evan Blass, et c’est une bonne chose pour les consommateurs. En effet, Evan Blass fut à partir de 2012 à l’origine de nombreux coups d’éclats très remarqués dans l’industrie du smartphone.

À son actif une longue liste de terminaux, tablettes et même ordinateurs ou gadgets high-tech dévoilés sous toutes leurs coutures avant l’heure.

Évoluant d’abord dans l’ombre pendant une année, ce n’est qu’en 2013 qu’Evan Blass livra sa véritable identité, à la suite d’une interview réalisée par Android Police (lien en anglais). Très remarqué en ce moment, Evan est LA personne qu’il faut suivre sur Twitter, pour être informé de tout ce qui se trame à Cupertino, Redmond, et même à Guangzhou ou en Corée-du-Sud dans les usines de Samsung.

Un mode opératoire simple et classique

Qu’un dirigeant d’Apple ait oublié un prototype dans un bar, que ce soit des employés qui aient filmé quelques détails sur une chaîne de montage, @evleaks est à l’assaut de toutes les rumeurs, et au moment où nous rédigeons ces lignes, il est certainement en train de préparer sa prochaine fuite.

Une fois l’information récupérée, il la publie sur la toile par la puissance d’un simple tweet. Devenu à lui tout seul la machine à rumeurs de l’industrie mobile, il est quelque peu victime de son succès, car harcelé par les plus curieux, qui en demandent souvent un peu trop (à voir notamment sa série de tweets « True Tales from Leakland »).

Apple ? Samsung ? Microsoft ? Xiaomi ? HTC ou Huawei ? Tous connaissent sans doute Evan Blass, puisqu’il a durant les trois dernières années leaké au moins trois des produits à venir de chacun. C’est une bête à fuites, qui ne distingue pas les systèmes d’exploitation ni même la nationalité des produits, et se contente de livrer les informations telles qu’il les reçoit, en prenant à chaque fois le soin de proposer des rendus définitifs et en haute définition, ainsi que les caractéristiques techniques desdits produits.

Ses plus grosses fuites

Durant sa longue carrière de leaker, Evan Blass a une séquence bien précise de produits qu’il a particulièrement aimé leaker. Interviewé par la BBC, ce dernier a bien voulu la livrer en 2014. Ainsi, dans son ordre de préférence on a:

  • Nokia Lumia 820/920 – Leaké en août 2012
  • LG G2 – Leaké en mai 2013
  • HTC M8 Prime – Leaké en mai 2014
  • HTC First – Leaké en avril 2013
  • Moto X – Leaké en juillet 2013
  • Sony Xperia Z1s – Leaké en octobre 2013
  • Asus Padfone 2 – Leaké en octobre 2012
  • Logitech Powershell for iPhone – Leaké en octobre 2013
  • Google Nexus 7 – Leaké en juillet 2013
  • Nokia X – Leaké en février 2014

Ses fuites les plus pertinentes

Ayant repris du service au cours de l’année précédente, @evleaks a d’ores et déjà apporté à maintes reprises son grain de sel dans l’actualité des smartphones. Ses fuites les plus pertinentes, étant celles liées aux produits Samsung cette année, notamment les Galaxy S7, S7 Edge, et Note 7. La phablette de Samsung n’avait plus de secret pour l’américain depuis le 25 juin, alors qu’il n’a été officialisé qu’un mois et quelques jours plus tard, le 02 août :

Pour signer son retour dans le milieu il a quasiment fusillé BlackBerry, en livrant en pagaille des détails techniques et esthétique sur le Priv, connu à l’époque sous le nom de code « Venice ». Il proposa même un GIF illustrant le smartphone, trois mois avant sa sortie officielle:

Un peu plus tôt dans l’année, en mai pour être plus précis, ce fut le tour du One Plus Three de payer les frais du leaker. Le smartphone 2016 de la jeune marque chinoise vit l’intégralité de ses spécifications livrées au grand-public par le biais d’un nombre assez conséquent de tweets :

Est-ce si mauvais qu’Evan livre des informations avant l’heure ?

Dans un sens, les dirigeants des grandes marques s’arrachent sans doute quelques cheveux à chacun des leaks d’Evan Blass, mais dans l’absolu, ses leaks ne sont pas du tout inutiles, même pour ces grands groupes.

En effet, les leaks d’Evan pourraient être utilisés par les marques, dans l’optique de tâter le pouls de leurs prochains produits, et ajuster ce qui doit l’être avant leurs sorties. Par exemple, Apple dont l’iPhone 7 est très attendu cette année (car la marque étant à la recherche d’un nouveau souffle) pourrait encore réviser sa copie, si elle percevait des échos négatifs des fans et utilisateurs, qui ont eu vent de telle ou telle nouveauté dans son prochain smartphone.

De plus, Evan Blass fut le premier à évoquer un probable changement de dénomination sur le prochain iPhone, introduisant ainsi un nouveau cycle de renouvellement des smartphones Apple. Leur cycle de vie serait donc désormais de trois ans, au lieu de 2 depuis l’iPhone 4S.

Le fait-il pour de l’argent ?

Normalement, on aurait tendance à croire qu’un mec comme Evan Blass roule sur l’or, mais c’est hélas faux. S’il leake, c’est surtout pour informer et donner à des sites comme TechGuru, VentureBeat ou même The Verge, de quoi rédiger et par la même, répondre à quelques interrogations des consommateurs sur leurs potentiels prochains appareils.

Cependant, le leaker a très récemment ouvert un compte PayPal, où ceux qui le désirent, pourront selon leur bon vouloir, déposer quelques euros ou dollars, pour l’aider à poursuivre son activité. C’est en fait très récent, et le leaker n’impose ni montant, ni monnaie:

Le clou du spectacle pour l’année 2016

Alors que la majeure partie des produits ont déjà été présentés par leurs marques respectives, ce n’est que le grand manitou Apple qu’il subsiste. En effet, le californien a la fâcheuse habitude de dévoiler ses produits en septembre, mais ce n’est certainement pas cela qui a arrêté Evan Blass, qui, depuis des mois, livre continuellement des détails au sujet de son prochain iPhone.

Ainsi, selon Evan Blass aka @evleaks, l’iPhone 2016, serait dévoilé lors d’une conférence Apple durant la semaine du 12 septembre, pour des précommandes intervenant le même jour:

En dépit de son activité quelque peu mal perçue, Evan Blass, s’il ne s’arroge le titre de leaker du siècle est aujourd’hui une valeur sûre du marché des appareils mobiles en général et des smartphones et tablettes en particulier.

D’un sérieux à toute épreuve, à l’origine de rumeurs quasiment toujours concrétisées, Evan Blass en quelques années, est devenu une légende pour les geeks, toujours plus nombreux à le suivre sur Twitter.

Crédit photo principale : Capture d’écran BBC

A voir aussi dans la rubrique Technologie
Répondre

Laisser un commentaire

Retrouvez également TechGuru gratuitement par mail et sur votre smartphone: