Facebook va débuter le partage de revenus publicitaires avec les créateurs de vidéo

Modifié le

Facebook, native content fil d'actualite

Les publicités sur les vidéos Facebook arrivent bientôt, une réelle menace pour Youtube

Publicité

YouTube a enfin un sérieux concurrent : Facebook, qui vient de changer de logo, proposera aux créateurs de vidéos un partage des revenus de publicités proposées sur leurs vidéos à compter de cet automne. C’est la première fois que Facebook va partager des revenus sur les vidéos, et le pitch énoncé aux créateurs de contenu est assez transparent: « partagez votre contenu avec nous et nous allons partager une partie de l’argent que nous faisons avec vous ».

Ce coup est une attaque portée à YouTube, qui domine le marché de la vidéo numérique depuis une bonne moitié de décennie. Facebook a été capable d’attirer des créateurs de contenu en raison de sa portée massive, mais le réseau social leur offre désormais la seule chose que YouTube propose depuis des années: de l’argent. YouTube utilise également un partage des revenus pour attirer les créateurs de contenu avec 55% allant au créateur de vidéos et les 45% restants revenant à la plate-forme.

Facebook a un pouvoir d’attraction énorme avec ses 1,4 milliards d’utilisateurs

Mais l’argument de Facebook est qu’il peut attirer davantage de vues pour votre vidéo. Les gens n’ont pas besoin de faire une recherche pour trouver votre vidéo, Facebook va la leur montrer. Et ces personnes n’ont pas nécessairement besoin de suivre votre page Facebook non plus.

Dan Rose, vice-président en charge des partenariats de Facebook, a indiqué au site Re/code, qui a recueilli l’information, qu’« un grand nombre de [nos partenaires] ont indiqué que ce serait une grande motivation pour débuter la publication de nombreux contenus vidéos sur Facebook. Et c’est exactement ce que nous espérons. »

Publicité

Vidéo Facebook, partage de revenus, createurs

Crédit photo: Digiday

Mais ce n’est pas tout à fait aussi simple que cela. Le partage de revenus sur Facebook ne concerne pas toutes les vidéos du fil d’actualité. Au lieu de cela, la société va lancer une nouvelle fonctionnalité appelée « vidéos suggérées », une sorte de fil d’actualité réservé exclusivement au contenu vidéo. Par exemple, si vous cliquez sur une vidéo sur votre mur à propos de sports extrêmes, vous serez redirigé vers un fil d’actu avec des vidéos suggérées où vous pourrez regarder cette vidéo, puis faire défiler pour voir d’autres vidéos sur le même thème.

Ce fil de vidéos « suggérées » utilisera un algorithme pour trouver du contenu en relation. Si vous cliquez sur une vidéo de votre ami d’enfance, vous verrez probablement d’autres vidéos de cette personne. Mais si vous cliquez sur une vidéo d’une marque ou d’un éditeur important, vous verrez principalement des vidéos de partenaires influents et importants, tels que des marques, des chaînes de télévision, des magazines, etc…

Le partage de revenus publicitaires : une nouvelle source de revenus pour Facebook

Il y aura aussi des publicités dans ce flux; des publicités autonomes, en lecture automatique, comme vous pourriez en trouver dans votre fil d’actualité et c’est là que le partage de revenu entre en jeu.

Encore une fois, néanmoins, ce n’est pas si simple. Etant donné que ce fil d’actualité comprendra essentiellement des vidéos, vous pourriez regarder trois vidéos et seulement voir apparaître une publicité vidéo. Dans ce cas, Facebook va répartir les 55% entre les trois créateurs vidéo en se basant sur le temps que vous aurez passé à regarder chaque vidéo. Facebook prendra toujours sa part de 45%.

Ce nouveau format confirme la volonté de Facebook de faire de la vidéo une priorité absolue. Il offre une nouvelle source de revenus à la société californienne qu’elle ne percevait pas auparavant. La publicité vidéo proposée aux entreprises se base généralement sur des annonces pré-roll (qui consiste à afficher le message publicitaire vidéo pendant quelques secondes avant la visualisation d’une vidéo de contenu), ce que Facebook ne propose pas.

Pour l’essentiel, Facebook ne tire pas pleinement profit du potentiel de la publicité vidéo, ce qui est une déception pour le réseau social compte tenu du fait que les annonces vidéo sont généralement les plus lucratives.

Quatre milliards de vidéos vues chaque jour sur Facebook

Le réseau social a accompli d’autres travaux également pour aider à faire de la vidéo une priorité au cours des 18 derniers mois. Il a peaufiné son algorithme pour afficher plus de vidéos et a lancé la lecture automatique de vidéo dans le fil d’actualité pour capter l’attention des utilisateurs. Par conséquent, le nombre de vidéos visionnées chaque jour sur Facebook a bondi d’un milliard à l’automne dernier à quatre milliards en avril.

L’un des problèmes auquel Facebook a été confronté, cependant, est que beaucoup de ces vidéos sont amateurs, pensez notamment à toutes les vidéos du Ice Bucket Challenge, qui a recueilli 10 milliards de vues sur le site.

Un lancement général d’ici « quelques mois »

Il est également difficile de savoir combien de créateurs de vidéos pourront profiter du programme de partage des revenus. Dan Rose affirme que la compagnie va commencer avec « quelques dizaines de partenaires » et en ajouter d’autres en cours de route. Mais tous les créateurs de contenu qui veulent un salaire de la part de Facebook devront devenir partenaires officiels avec la société.

Facebook déploie la fonctionnalité sur iOS au cours des prochaines semaines, et prévoit de la lancer sur Android et sur le Web dans les prochains mois.

Facebook accepte de modifier la facturation des vidéos publicitaires

Cette semaine, Facebook a introduit un nouveau format d’annonce attrayant pour les acheteurs, car il leur permet d’acheter des publicités basées sur le temps passé à regarder la publicité plutôt qu’au nombre d’impressions (chaque fois qu’une pub apparaît sur le « feed » de quelqu’un).

Jusqu’à présent le lancement automatique des vidéos (autoplay) sur Facebook contraignait les annonceurs à payer même si la vidéo avait été regardée à peine ou pas du tout. Facebook était le seul gagnant de la manœuvre en facturant la publicité après trois secondes de lancement seulement. Sous la pression des grands annonceurs américains, Facebook a accepté de changer ces règles et va tester une facturation après 10 secondes de visionnage, selon le Wall Street Journal.

Les publicités sur Facebook étant vendues aux enchères, les annonceurs pourraient cependant payer un montant supérieur pour cette nouvelle option de facturation. Le réseau social laisse toutefois la possibilité de continuer à payer au CPM ou au CPV classique (coût par vue).

A voir aussi dans la rubrique Facebook
Répondre

Laisser un commentaire

Retrouvez également TechGuru gratuitement par mail et sur votre smartphone: