Top 6 des meilleurs casques de réalité virtuelle (casques VR)

Modifié le

Meilleurs casques VR, réalité virtuelle

Quels sont les meilleurs casques de réalité virtuelle ? Pour quels usages ? Notre Top 6 des meilleurs casques VR vous dit tout !

Publicité

L’année 2016 fut résolument celle de la réalité virtuelle. Il ne se passe plus une semaine, un mois, sans qu’un nouveau produit proposant une expérience inédite de réalité virtuelle ne soit proposé par nos marques préférées. Le phénomène est tel que même les smartphones se sont lancés dans l’arène, avec notamment LG et Samsung qui ont proposé chacun un casque VR pour ses haut de gamme respectifs, afin de vous offrir de quoi vous créer une autre réalité, grâce à votre smartphone. Dans cette jungle de produits au sein d’un marché encore en gestation, quels sont les meilleurs casques VR ?

Loin de vouloir dicter un choix, notre Top 6 des meilleurs casques de réalité virtuelle vous servira de guide, afin de choisir en cette période estivale, le meilleur casque VR qui sied à vos besoins.

PlayStation VR, le choix de la raison

Si les ordinateurs occupent une place de choix dans notre vie, ces machines se retrouvent limitées par le nombre de tâches que nous leurs faisons effectuer au quotidien, et qui réduisent considérablement l’efficacité de leurs composants au fil du temps. Ainsi, pour du pur jeu, il faudra absolument se tourner vers une console de salon, ne proposant que la fonction ludique, en embarquant des composants d’ordinateurs. Pour mieux coller à cet usage, le casque VR le plus adapté n’est nul autre que le PlayStation VR, qui est capable de fonctionner sur les PlayStation de dernière génération, et dispose d’un éventail de jeux et produits compatibles plus conséquent.

Le seul inconvénient est que ce casque pas du tout donné niveau prix, n’est compatible qu’avec la PlayStation. Toutefois, se destinant principalement à un usage ludique, le casque VR de Sony remporte la palme d’or pour la qualité d’immersion qu’il propose. Le package du PS VR propose casque PlayStation VR à proprement parler, un câble HDMI, un câble USB, un adaptateur AC, un cordon d’alimentation, un câble de connexion du PS VR, une paire d’écouteurs stéréo, un processeur ou centrale de contrôle ainsi que la documentation. Autre particularité de ce casque VR, il ne nécessite absolument pas la présence en son sein d’un smartphone, pour fonctionner correctement. Notez enfin que le casque se négocie aux alentours de 400 € sur la toile.

HTC Vive, le must du must

Si HTC se porte mal sur d’autres flancs, il semblerait que celui de la réalité virtuelle lui soit pour l’instant bénéfique. Lancé depuis 2015 dans la VR, le constructeur taïwanais à l’origine de l’excellent HTC 10 proposait en début d’année le plus abouti des casques VR que l’on puisse actuellement trouver dans le milieu, le Vive. Il s’agit là du plus puissant des casques de réalité virtuelle disponibles en ce moment. Le Vive lors de son Unboxing propose un plan d’installation, une notice d’utilisation des stations de base, un câble de synchronisation, deux adaptateurs pour les stations de base, 1 kit de montage, 1 boîtier de liaison, 1 patin de montage pour le boîtier de liaison, 1 adaptateur pour le boîtier de liaison, 1 câble HDMI, 1 câble USB, 1 paire d’écouteurs, 1 coussin facial de rechange, 1 chiffon de nettoyage, 2 chargeurs micro-USB, et c’est à peu près tout.

Certains se demanderont où se trouve la centrale de contrôle ou de production d’images… Et bien à ce casque de plus de 800 € il faudra adjoindre un ordinateur, dont les capacités minimales font plutôt peur : carte graphique : NVIDIA GTX 970 / AMD 290 ou supérieur, processeur : Intel I5-4590 / AMD FX 8350 ou supérieur, RAM : 4Go minimum, sortie vidéo : HDMI 1.4 / DisplayPort 1.2 ou supérieur, port USB : 1 port 2.0 ou supérieur, système d’exploitation : Windows 7 SP1 ou supérieur. De plus, pour jouer avec ce casque il faudra vous munir de contrôleurs, des sortes de manettes qui vous serviront à interagir avec la réalité virtuelle.

Dans les détails, le casque propose une expérience inédite de la VR, aidé de ses caractéristiques, dont un champ de vision de 110°, une définition de 1080 x 1200 pixels, une fréquence de rafraîchissement d’images de 90 Hz, et surtout ses 32 capteurs intégrés au casque, ou les 24 que comporte chacun des contrôleurs. Selon certains spécialistes, le casque ne donne absolument pas l’impression d’assister à une simulation du réel, mais bien celle d’être plongé dans une autre réalité.

Le HTC Vive se négocie aux alentours de 950 € pour la version de base, et il est compatible avec Steam VR, la plateforme en ligne de jeu en réalité virtuelle proposée par l’éditeur Valve.

Oculus Rift, l’incontournable et l’indéboulonnable

Facebook touche à tout, ce n’est pas une nouveauté. Si le réseau social s’est jusqu’à présent retenu de proposer un moteur de recherches, il est omniprésent dans nos vies et sait quasiment tout de nous, grâce aux informations que nous lui livrons sur nous, et les services qu’ils nous rend au quotidien. Comme d’accoutumée, la firme se veut avant-gardiste sur un nouveau marché porteur, celui de la réalité virtuelle.

C’est la raison pour laquelle Facebook racheta en 2014 la société Oculus, spécialisée dans la production d’équipements de réalité virtuelle. De ce rachat, est né un casque relativement abordable, mais au caractère incontournable, l’Oculus Rift. Le déballage de son package propose l’essentiel, sans plus : le casque VR Oculus Rift, les câbles de raccordement, le trackpad de contrôle et une petite caméra infrarouge.

Quoique plutôt intéressant par rapport à ceux proposés aux côtés des smartphones, ce casque de réalité virtuelle nécessite absolument d’être raccordé à un ordinateur, pour pouvoir fonctionner. Pour ce faire, Oculus demande cette configuration minimale :

  • OS : Windows 7 SP1 64 bit ou ultérieur
  • Carte graphique : NVIDIA GTX 970 / AMD R9 290, ou ultérieur
  • Processeur : Intel i5-4590, ou ultérieur
  • RAM : 8Go
  • Output : compatible HDMI 1.3
  • Input : 3 ports USB 3.0 et 1 port USB 2.0

Comme les modèles énumérés plus haut, l’Oculus Rift se tourne avant tout vers l’univers du jeu vidéo. Plusieurs titres sont déjà compatibles, et la liste s’allonge chaque jour un peu plus. On compte tout d’abord Lucky’s Tale ou Valkyrie. Côté performances, le casque de Facebook propose un écran OLED de 5,7 pouces se rafraîchissant à 90Hz, une résolution 2160p (2160 x 1200 pixels), soit 1080p par œil, un angle de vue de 110° comme le Vive de HTC, et un framerate de 45 fps (images par seconde). Son prix : 699€.

Google Cardboard, la réalité virtuelle à petit prix

Les utilisateurs intéressés par la réalité virtuelle mais non enclins à débourser des sommes faramineuses pour s’équiper pourront toujours se tourner vers le casque Google Cardboard, le moins onéreux de la bande des 6 que nous vous présentons aujourd’hui. En effet, il s’agit d’un casque en carton que vous trouverez facilement aux alentours de 15 €.

Il propose une expérience de VR basée sur l’usage du smartphone comme machine de calcul graphique et de projection visuelle. En effet, pour l’utiliser il faut installer votre smartphone au devant du casque, dans l’encoche prévue à cet effet. Une fois ceci fait, vous téléchargez et installez l’application mobile Google Cardboard puis suivez les instructions pour l’installation. Plusieurs applications sont compatibles avec le Google Cardboard, de même que plusieurs jeux.

Cependant, se destinant avant tout aux primo utilisateurs, il est également le casque qui propose l’expérience de jeu la moins aboutie, puisque sujet à des perturbations lumineuses sur le côté, ou une qualité d’images limitée.

Samsung Gear VR, des Galaxy dans la VR

Samsung a suivi ses concurrents cette année en proposant son casque de réalité virtuelle, dédié à une utilisation sur ses smartphones phares, que sont les Galaxy S7 et S7 Edge et Note 5. En effet, le Gear VR fonctionne selon le même schéma que le Google Cardboard, c’est votre smartphone qui fait tout. C’est bien pourquoi il est lui aussi accessible et abordable.

Ses usages sont purement tournés vers le monde du jeu, et lorsque le casque est chaussé, vous ne pouvez répondre à aucun de vos appels ou SMS, ni même regarder internet. La navigation au sein de son interface se fait au travers d’un trackpad tactile situé sur son rebord droit, complété d’une touche retour en arrière.

Bien pensé, le Gear VR ne remplacera cependant en rien un casque comme le HTC Vive ou l’Hololens. À noter qu’il est alimenté par le smartphone, ce qui fait de lui un casque VR non autonome. Le Gear VR se négocie aux alentours de 100 €, et quelques jeux, dont Heroboun, Esper, Epic Dragon VR et Ocean RIft, sont compatibles, et gratuits.

HoloLens de Microsoft, beaucoup trop avancé

HoloLens est le nom qu’a donné Redmond à son dispositif dédié à la réalité augmentée (et non virtuelle). Ce casque futuriste tout droit sorti d’un autre univers propose lors de l’unboxing, rien de plus que le dispositif en lui-même, une rallonge pour l’un des cerceaux (pour en ajuster la taille), une prise, une lingette nettoyante, un câble, un petit guide d’utilisation et le contrôleur (qui servira surtout lors des séances de jeu).

La première grosse particularité de ce casque AR (VR par extension) est qu’il est capable de fonctionner sans aucun câble, puisque disposant d’une batterie. L’autonomie de ladite batterie serait de 2 à 3 heures en utilisation intensive, alors qu’il faudra 3 à 4 heures pour recharger l’HoloLens sur prise secteur.

Ici on a affaire à un casque autonome, nul besoin donc de le connecter à un ordinateur pour qu’il fonctionne. Le casque jouit d’ailleurs d’une interface calquée sur celle de Windows 10, ce qui le destine avant tout au monde professionnel. En pratique, le casque s’utilise avec la tête et les mains. Il projette dans votre réalité des images de synthèse créées selon vos instructions ou le type d’applications que vous lancez. La NASA proposait dernièrement un outil HoloLens pour revisiter l’espace. Les mouvements de votre tête feront office de curseur, et les doigts par le biais de gestes bien précis comme ouvrir les doigts en fleur (bloom) pour ouvrir le menu, lever puis abaisser l’index (air touch) pour sélectionner l’élément de votre choix assureront l’interaction avec l’interface du casque.

Peu d’applications sont actuellement disponibles sur le store de l’appareil, mais notez qu’il n’a pas encore été officiellement lancé à la commercialisation, celle-ci étant prévue pour 2018. En attendant, quelques casques sillonnent déjà dans les salons de développeurs, où vous pourrez les tester. Reste le prix de l’HoloLens qui refroidiront certains à sa sortie. On parle de 3000 $ à débourser pour se l’offrir.

A voir aussi dans la rubrique Réalité virtuelle
Répondre

Laisser un commentaire

Retrouvez également TechGuru gratuitement par mail et sur votre smartphone: