Suisse: vers un revenu de base de 2300 euros pour tous ?

Modifié le

money-suisse

Le 5 juin prochain, les Suisses devront se prononcer sur la mise en place d’un « revenu de base inconditionnel » (RBI) pour tous les citoyens, à hauteur de 2300 euros par mois.

Publicité

C’est à la suite d’une « initiative populaire » qui a récolté plus de 100 000 signatures, que le « revenu de base inconditionnel » (RBI), sera soumis au vote du peuple le 5 juin prochain. Si les suisses se prononcent en faveur de la mesure, cette allocation mensuelle sera versée à tous: au peuple suisse mais aussi aux résidents étrangers et aux enfants à hauteur de 130 euros par semaine. L’objectif de la mesure est simple: garantir à chacun une somme minimale pour vivre dignement, alors que 8% des Suisses vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Une mesure qui suscite le débat

Seulement, le RBI soulève des craintes. La principale étant que les Suisses s’arrêtent de travailler. Selon un sondage, seuls 2% des électeurs annoncent qu’ils cesseront de travailler si ce revenu est mis en place. Pour le financer, la Suisse envisage d’utiliser les taxes qui lui sont versées ainsi que les économies réalisées. Si le revenu de base est voté, l’ensemble des prestations sociales seraient alors supprimées, ce qui reviendrait à 186 milliards d’euros d’économies par an.

Pour Christophe Schwaab, membre du parti socialiste suisse, le revenu de base revient « à accepter que toute une catégorie de gens ne s’intègre pas au monde du travail ». Il rappelle également que le travail n’est pas seulement un moyen de gagner de l’argent mais aussi de « se réaliser ». « Le jeune qui décroche, la personne handicapée qui peine à s’insérer, on risque de les abandonner à leur sort », explique-il. Pour lui, cette mesure ne ferait qu’accroître les tensions sociales.

Au contraire, l’ancien porte-parole du Conseil fédéral et membre du PS, Oswald Sigg est persuadé que le plein emploi est un concept obsolète. Pour Sergio Rossi, professeur de macroéconomie et d’économie monétaire à l’Université de Fribourg, « il n’y a pas assez de travail pour tout le monde, c’est un fait. Il faut donc mettre en place autre chose ».

Publicité

Une idée qui fait son chemin en Europe

Les suisses ne sont pas les premiers à réfléchir à la mise en place d’une telle mesure. Déjà en Finlande, le gouvernement envisageait de verser à tous ses concitoyens la somme de 800 euros par mois. Dans le pays, 69% des habitants seraient favorables à la mise en place d’une telle mesure, égalent soutenue par le premier ministre Juha Sipilä ainsi que par la plupart des grands partis politiques. « Pour moi, un revenu de base signifie la simplification du système de sécurité sociale », explique-il.

Un des arguments en faveur de ce revenu de base est la baisse du chômage. En recevant une allocation décente tous les mois, les finlandais pourraient accepter des postes à temps partiel et ainsi inverser la courbe du chômage qui n’a jamais été aussi élevée depuis 15 ans. Au Brésil et en Namibie, un revenu de base inconditionnel est inscrit dans la Constitution, alors qu’aux États-Unis, l’état de l’Alaska verse 1700 euros par mois à ses citoyens.

Crédit photo principale : Pixabay – moerschy

Répondre

Laisser un commentaire

Retrouvez également TechGuru gratuitement par mail et sur votre smartphone: