Test : que vaut le Kodak Ektra après 2 mois d’utilisation ?

Modifié le

Kodak Ektra

Présenté par son fabricant comme le photophone de l’année, nous avons testé le Kodak Ektra ! On vous donne notre avis sur ce smartphone tourné vers la photo !

Publicité

Le 9 décembre dernier, à la surprise générale, Kodak l’emblématique constructeur d’appareils photo dévoilait au monde son second smartphone, le « Ektra ». Se positionnant sur le segment du milieu de gamme, le Ektra est selon son fabricant l’un des meilleurs photophones du marché. Les critiques outre-Atlantique ne tarissant point d’éloges à son sujet, nous avons voulu en savoir un peu plus sur les arguments dont dispose le smartphone de Kodak.

Ayant eu l’opportunité de voir passer quelques temps ce magnifique smartphone à la Rédaction, histoire pour nous d’effectuer quelques tests. Sommairement, le Ektra est un bon smartphone, mais sans doute pas dans le domaine dans lequel il était censé être l’un des meilleurs, ou le meilleur, du monde.

Rappels sur la fiche technique

Fabriqué sous licence pour Kodak par Bullitt Group, le Ektra était annoncé comme le smartphone par excellence destiné aux photographes et aux créatifs. Pour ce faire, le Ektra est doté d’un arsenal technique non négligeable.

À commencer par le processeur. Ici on a droit à un Helio X20 développé par MediaTek, dont la réputation n’est plus à faire. Ce CPU est un octo-core doté de 4 cœurs Cortex-A53 et 4 Cortex-A72, ici cadencés à 2,3 GHz et associés à 3 Go de mémoire vive et 32 Go de mémoire interne de stockage de base. Bien évidemment, cette capacité relativement faible peut être étendue par le biais d’une carte mémoire au format micro-SD.

Publicité

Kodak Ektra

Le smartphone est interfacé autour d’un écran de 5 pouces, doté d’une définition de 1920 x 1080 pixels, ainsi qu’une densité de 424 ppp. Cet écran étant géré par un GPU Mali-T880-MP4. La partie photo ici, puisque c’est elle le principal argument de vente du Ektra, est assortie de deux capteurs, dont un de 21 millions de pixels à l’arrière, et l’autre, de 13 millions à l’avant.

Sont-ils des détails garants de performances élevées sur le plan de la photo ? Nous en saurons plus bas; rappelant enfin que le smartphone jouit du parfait assortiment des communications sans-fil et avec fil.

Le design, plus frais et moderne, mais…

Pour attirer des esprits créatifs et des photographes un appareil doit disposer d’une esthétique plutôt réussie. Le cas du Ektra est assez intéressant, même si à la fin nous regrettons quelques manquements plus ou moins légers. Bâti dans un châssis de 147,8 x 73,35 x 9,69 mm pesant 163 grammes, le smartphone est assez compact et léger.

La qualité de finitions est au rendez-vous, même si l’on aurait aimé voir disparaître ce dos en plastique imitant du cuir. En y regardant de plus près, l’on se rend compte que Kodak a absolument voulu imprimer une fois de plus le look d’un appareil photo à son smartphone, en témoignent ce faux cuir et la proéminence du capteur photo.

Les tranches sont classiques et abritent naturellement les connecteurs et slots du smartphone. La tranche supérieure logeant un micro et la sortie Jack 3.5 mm. L’inférieure uniquement le port USB Type-C. Les tranches gauche et droite respectivement les boutons volume haut et bas, verrouillage/déverrouillage et prise de vue, ainsi que le tiroir pour cartes SIM et Micro-SD.

La navigation sur le Ektra passe avant tout par des touches haptiques disposées sur la face avant du smartphone. Cela fait quelques années déjà que les constructeurs ont délaissé les touches physiques et haptiques pour les touches de navigation d’Android.

Le seul gros tort que l’on incombe au design de ce smartphone est la proéminence de son capteur photo. Ici elle ne sert strictement à rien, mis à part donner un look d’appareil photo au Ektra.

Kodak Ektra

Un smartphone solide mais…

Outre le capteur photo, la solidité d’un smartphone fait partie de ces arguments qui poussent les utilisateurs à sauter le pas et se faire plaisir en boutique. Seulement, tandis que d’autres constructeurs, notamment Apple et Samsung, ont pris le virage du tout aluminium et de certifications IP67 ou 68, Kodak ou plus exactement Bullitt Group se cantonne à l’usage de matériaux non nobles.

Si lors de la prise en main tout se passe bien pour le Ektra, la première chute peut facilement s’avérer fatale pour son écran tactile, dont la vitre de protection est assez fragile. Ceci ne signifie pas que le smartphone se brisera au contact de toutes les surfaces rigides, mais il prendra au-moins quelques rayures pas toujours jolies au passage.

Des performances tirées vers le haut grâce au CPU

Dans l’ensemble le Ektra est un smartphone puissant. Cette prouesse est directement à attribuer au mérite de son processeur, qui parvient même à faire mordre la poussière à un Galaxy A5 2017 tonitruant.

Pour les amoureux des chiffres, sur AnTuTu le Ektra caracole à 86.077 points grâce à son Hélio X20 tandis que le smartphone de Samsung n’en obtient que 60.266 grâce à son Exynos 7880. Est-ce à dire que ce smartphone est plus puissant que celui du sud-coréen ?

Dans les faits non, puisque la puissance d’un smartphone n’est plus seulement une affaire de performances de calcul, mais aussi d’intégration et optimisation logicielle et tout un tas d’autres éléments tous aussi importants les uns plus que les autres. Toutefois, c’est aussi important de faire ses preuves sur le plan matériel.

Au quotidien tout est fluide sur ce smartphone, nous n’avons remarqué que très peu de lags, parfois occasionnés par le lancement de jeux ultra lourds en termes de poids, tels que Minecraft ou Farm Heroes. Par contre, sur des titres plus demandeurs en ressources tels que Asphalt 8, tout fonctionne à merveille en tous points, sauf bien sûr si vous jouez à plusieurs et que plus de 3 véhicules se trouvent dans le champ de visuel de la caméra du jeu.

Un écran qui vire trop vers le bleu

Les professionnels de la photo s’accordent à dire qu’un écran leur étant destiné doit être irréprochable, afin de permettre de desceller les moindres détails et défauts de leurs clichés ou créations.

Le Ektra se destinant aux amateurs et professionnels de la photo, l’on s’attendait à ce qu’il jouisse d’un écran parmi les meilleurs du marché. Dans les faits nous avons été déçus. Dans un premier temps par la palette et les gammes de couleurs de cet écran IPS LCD, qui a tendance à virer au tout bleu. À la longue ça devient visuellement fatiguant de manipuler le Ektra des heures d’affilée.

Ceci s’accentue par la saturation des verts, qui sont tout sauf proches de la réalité. De plus, l’écran du smartphone est pratiquement illisible sous un fort soleil, difficile de qualifier ou admirer un cliché de qualité sur un tel écran, voilà l’une des déceptions que nous avons rencontrées sur ce Ektra.

Interface, de l’Android Stock, à la sauce Kodak

Autre bonne idée qu’à eu Kodak dans la conception de son Ektra, c’est l’usage d’Android dans son plus simple appareil. Ici, c’est la version 6.0 Marshmallow qui est installée, et aucune surcouche constructeur ne viendra dégrader votre expérience utilisateur au quotidien.

Les seules traces du fabricant se trouvent dans un dossier contenant 4 applications flanquées du sceau de Kodak. Celles-ci sont comme vous pouvez l’imaginer, destinées à la photographie. Baptisées Galerie Snap, Super 8, Prints et Kodak, vous pourrez en toute simplicité capturer des clichés, les visualiser, les gérer et organiser, mais aussi les imprimer, directement depuis le dossier Kodak.

À noter cependant que seule l’application « Super 8 » peut être désinstallée. Dans l’ensemble, nous avons bien aimé ce choix de Kodak.

Kodak Ektra

L’autonomie, talon d’Achille du Ektra

Pour alimenter son smartphone, Kodak a décidé d’y installer une batterie de 3000 mAh. Si cette bagatelle de lithium ne signifie en rien que ce smartphone dispose d’une bonne autonomie, cette impression sera confirmée par des tests artisanaux.

En effet, le smartphone se décharge à une vitesse hallucinante. Après une heure de visionnage vidéo sur YouTube, 18% de la batterie se sont déjà envolés. C’est un très mauvais score, surtout quand on tient compte de ceux de la référence du milieu de gamme, le Galaxy A5 2017. Le smartphone de Samsung ne lâche guère que 5% de sa batterie au même test.

Cette impression de déception est encore plus accentuée durant les phases de photographie, puisque le smartphone perd pratiquement 6% de son autonomie suite à une séance de 7 minutes de capture en HDR. Ne parlons même pas de la capture vidéo, qui suce littéralement tout le jus de la batterie du Ektra au bout de quelques minutes en Full-HD.

Pour faire amende honorable, Kodak a tout de même eu la bonne idée de proposer une fonction de recharge rapide.

Et donc la photo ?

Voila probablement la partie la plus attendue par les fans du Ektra. Kodak a opté pour deux capteurs, fournis par Sony. Comme capteur principal, on a droit à 21 millions de pixels. Pour rappel ce chiffre n’est en fait pas du tout indicatif de la qualité des clichés proposés par un smartphone, et si le Ektra se destine selon son constructeur aux photographes, il pêche à de nombreux égards dans la capture en conditions réelles.

Tout d’abord, vous devez savoir que le capteur ne produit pas des images comparables à un appareil photo reflex ou professionnel, mais bien ce que peuvent proposer les meilleurs photophones. Cependant, nous avons détesté l’algorithme de traitement d’image du capteur photo, qui lisse parfois beaucoup trop les clichés, et leur fait perdre leur aspect naturel. Ceci se fait remarquer sur les clichés très peu piqués et dont certains détails en arrière-plan sont tout simplement imperceptibles.

Kodak Ektra

Le mode HDR n’y change rien, il faudra passer outre le Ektra si vous cherchiez un appareil photo pour immortaliser vos vacances. La situation ne s’arrange guère en basse luminosité, mais rappelons cependant qu’il s’agit d’un problème auquel même les smartphones de gros noms tels que Apple et Samsung, font face.

Le capteur frontal parvient tout de même à sauver les meubles en marquant la différence. En effet, ce second capteur propose des clichés assez proches de la réalité. À condition là aussi que vous soyez dans des conditions optimales de luminosité.

Conclusion

Le Ektra est un smartphone bourré de qualités. Nous retiendrons dans un premier temps la puissance de calcul du smartphone, qui le hisse au rang des meilleurs milieu de gamme, aux côtés du Galaxy A5 2017. Nous retiendrons également la présence de la recharge rapide qui est parfois manquante sur des smartphones de meilleure valeur ajoutée, de même que le port USB Type-C.

Doté d’une expérience utilisateur sans pareil apportée par Android dans sa version la plus nue et pure, le Ektra pêche cependant au niveau de son autonomie, de même qu’au niveau de son principal argument de vente, la photographie.

Toutefois, le smartphone trouvera bien ses marques auprès d’amateurs de selfies, tant il excelle dans ce domaine grâce à un appareil photo frontal relativement efficace.

Où et à combien acheter le Kodak Ektra ?

Kodak Ektra 32 Go, à 499,99 € sur Amazon

A voir aussi dans la rubrique Téléphonie
Répondre

Laisser un commentaire

Retrouvez également TechGuru gratuitement par mail et sur votre smartphone: