PARTAGER

Pour certains, Netflix semble être une véritable addiction. Beaucoup d’utilisateurs s’adonnent régulièrement au binge watching, qui désigne un visionnage boulimique des contenus. Mais pour cet utilisateur indien, des soins ont été nécessaires.

Le premier cas d’addiction à Netflix

Netflix cartonne, et emporte tout sur son passage. Les utilisateurs sont nombreux à visionner des contenus de manière parfois excessive ou compulsive. Ce phénomène de visionnage boulimique porte le nom de binge watching. Mais dans le monde, certains utilisateurs vont encore plus loin, à l’image d’un Indien âgé de 26 ans. Ce dernier a récemment été traité pour faire face à sa dépendance. Il a été pris en charge par l’Institut national de la santé mentale.

Un Inden traité pour son addiction au service – Crédit photo : Angelo Pantazis – Unsplash

Chaque jour, cet utilisateur consacrait en moyenne sept heures de son temps à visionner des séries et films. Cette situation a duré pendant plus de six mois. Son addition au service de streaming provoquait une fatigue visuelle, des cycles de sommeil irréguliers et une importante fatigue. Il a finalement été pris en charge.

Une situation générée par une longue période de chômage

La cause de l’addiction de cet utilisateur est une période de chômage qui s’éternisait. Selon lui, visionner des contenus proposés sur Netflix lui permettait d’oublier le stress et les inquiétudes liés à sa situation. Il se libérait de la pression de ses proches avec Netflix, ce qui a entraîné petit à petit une situation de dépendance. Le chômage est un fléau, que certaines personnes vivent très mal. Elles se réfugient alors dans les addictions, pouvant être encore plus graves.

Crédit photo : Pinho – Unsplash

Le service s’est déjà vu reprocher de pousser à l’oisiveté. En effet, les statistiques montrent que les utilisateurs de Netflix passent en moyenne 50 minutes par jour sur le service. Cette durée représente l’équivalent d’un ou de deux épisodes de séries. Dans l’avenir, Netflix pourrait mettre en place des moyens de contrôler ou de limite de temps passé sur son service, comme YouTube et Facebook l’ont fait.

Source :

Clubic