PARTAGER

La Finlande veut mettre en place un revenu de base: pourquoi l’idée a de quoi séduire, et est-ce vraiment réalisable ?

Le gouvernement finlandais prend au sérieux l’idée d’un revenu de base national. Il a chargé KELA, l’Institut national d’assurances sociales, d’étudier le concept, calculer les coûts, et exécuter une expérimentation en 2017 pour juger de la faisabilité de le déployer à travers le pays. Si, par la suite, le gouvernement venait à approuver un tel plan, la Finlande pourrait abandonner tous les avantages sociaux existants et à la place distribuer une allocation mensuelle à tout le monde. Selon certains rapports repérés par le site Quartz, la somme mensuelle pourrait s’élever à 800€.

Alors que plusieurs villes néerlandaises vont instituer un revenu de base l’année prochaine, et que la Suisse organise un référendum sur le sujet, le soutien politique et public pour l’idée est plus fort en Finlande.

69% des finlandais seraient favorables au revenu de base

Un sondage commandé par Kela a montré que 69% soutiennent (lien en finnois) le plan du revenu de base. Le Premier ministre Juha Sipilä est favorable à cette idée et il est soutenu par la plupart des grands partis politiques. “Pour moi, un revenu de base signifie la simplification du système de sécurité sociale,” dit-il.

Mais pour les personnes extérieures à la Finlande, l’idée du revenu de base soulève deux questions évidentes: Pourquoi serait-ce une bonne idée ? Et, comment cela va fonctionner ?

Le taux de chômage en Finlande au plus haut depuis 15 ans

Cela peut sembler paradoxal, mais la proposition est destinée à lutter contre le chômage. Le taux de chômage de la Finlande est au plus haut depuis maintenant 15 ans et un revenu de base permettrait aux gens d’accepter des emplois faiblement rémunérés ou à temps partiel. À l’heure actuelle, un emploi temporaire conduit à une réduction des prestations sociales, qui peut conduire à une baisse globale des revenus.

Des expériences antérieures ont montré que le revenu de base universel peut avoir un effet positif comme négatif, selon la population. Dans la ville canadienne de Dauphin par exemple, tout le monde a reçu une bourse de 1974 à 1979, et même si on a vu une baisse des heures de travail, cela était principalement parce que les hommes consacraient plus de temps aux études et les femmes prenaient des congés maternité plus long. En Ouganda, l’instauration d’un revenu mensuel alloués aux créateurs d’entreprise ou ceux à la recherche d’apprentissage a augmenté le nombre d’heures travaillées de 17% et les revenus moyens de 38%.

Quel coût pour le pays ?

Un des inconvénients majeurs, bien sûr, est le coût de distribuer de l’argent au plus grand nombre. Liisa Hyssälä, directrice générale de KELA, a indiqué que ce plan permettrait d’économiser des millions au gouvernement. Mais, comme Bloomberg l’a calculé, donner 800€ de revenu de base à une population de 5,4 millions d’hab. chaque mois coûterait 52,2 milliards € par an. La Finlande ne prévoit de donner le revenu de base qu’aux adultes, et non à tous les citoyens, mais avec près de 4,9 millions d’adultes en Finlande, cela coûterait encore 46,7 milliards € par an. Le gouvernement prévoit des recettes de l’ordre de 49,1 milliards € en 2016.

Un revenu de base pour tous: pas si juste ?

Un autre facteur important à prendre en compte est que certaines personnes pourraient être moins bien loties en vertu d’un tel régime. La proposition n’ayant pas encore été publiée, on ne sait pas encore exactement qui pourrait y perdre. Mais ceux qui perçoivent actuellement une aide au logement ou d’invalidité pourraient bien se retrouver avec moins d’argent avec le revenu de base national, puisque le plan prévoit de stopper les avantages existants. Et comme le revenu de base national n’octroierait une allocation mensuelle qu’aux adultes, une mère célibataire de trois enfants pourrait lutter pour subvenir à ses besoins par rapport à, par exemple, un voisin avec la même aide du gouvernement, mais sans enfants et un emploi à temps partiel.

Enfin, cela soulève la question de savoir s’il est vraiment juste de donner la même somme à ceux déjà bien lotis (l’exemple extrême du millionnaire et du sans emploi). La constitution de la Finlande insiste pour que tous ses citoyens doivent être égaux, même si, bien sûr, l’égalité peut être interprétée de différentes façons. Jusqu’à présent, il n’y a pas de réponse définitive quant à savoir si le revenu de base national va créer une société plus ou moins égale. Sans aucun doute, tous les regards seront tournés vers la Finlande en 2016.

Crédit photo principale : Flickr – Sergey Galyonkin

Commentaires