PARTAGER

Attendu pour une officialisation prévue le 2 août prochain, le Galaxy Note 7 voit de nombreux détails sur son scanner d’iris fuiter !

Êtes-vous déjà intéressé par le Galaxy Note 7 et l’arsenal de saveurs technologiques qu’il embarque ? Si cela est le cas, il y a bien un composant qui intrigue, et c’est bien le scanner d’iris. Alors que tout le monde s’interroge sur les performances ou le mode de fonctionnement de ce scanner, un nouveau brevet déposé par Samsung il y a peu pourrait bien nous livrer les informations recherchées. Bref zoom sur le scanner d’iris du Galaxy Note 7, prochaine phablette haut-de-gamme de Samsung.

À lire aussi :
– Samsung Galaxy Note 7: la surcouche TouchWiz « Grace » en test sur le Note 5 en Corée
– Samsung Galaxy Note 7: le nom, la date de présentation et les caractéristiques confirmés

Le but du scanner d’iris

Venant en supplémentation aux côtés du capteur d’empreintes digitales pour assurer au maximum la sécurité du smartphone, le scanner d’iris sera également en mesure d’être utilisé pour déverrouiller le téléphone ainsi que pour s’authentifier lors des paiements en ligne. En effet, vous n’êtes pas sans savoir qu’Android Pay et Samsung Pay sont en cours de déploiement en ce moment sur le continent asiatique.

Le brevet déposé par le sud-coréen donne donc de plus amples détails sur le fonctionnement de ce scanner d’iris. Accrochez-vous, la partie technique s’annonce très légèrement corsée, puisque mettant en jeu un système composé de plusieurs caméras. Ainsi, au total, ce sont trois caméras, qui scanneront dans l’ordre: les yeux, puis le visage. Pour le primo lancement, il vous sera par exemple demandé d’enregistrer un profil d’iris, et de visage. Chaque fois que cela sera nécessaire, le scanner au travers de ses trois optiques, re-scannera donc cet iris et votre visage, puis, par le biais d’un algorithme qui vérifiera que l’iris scanné correspond au profil enregistré lors du paramétrage initial du smartphone.

Brevet du scanner d'iris pour le Samsung Galaxy Note 7

Dans la pratique, la première lentille (qui est en fait double) se concentrera sur les yeux, tandis que les deux autres se chargeront du scan du visage. Ainsi, les caméras lâcheront chacune un faisceau de lumière infrarouge, qui se chargera de faire le ciblage, et la reconnaissance sera effectuée par un processeur d’application, ce qui prédit un temps de réalisation plus long qu’avec les capteurs d’empreintes digitales comme le rapporte PatentlyMobile. En cas d’échec, un message verbal vous invitera à réessayer la procédure.

Commentaires