PARTAGER

À Prague, une association appelée Wifi4Life a équipé un SDF avec un routeur Wi-Fi mobile, permettant de fournir l’accès à Internet aux passants et aux touristes.

Idée farfelue mais qui tient son sens: à Prague les SDF (Sans Domicile Fixe) sont chaque jour plus nombreux à être équipés de bornes afin de servir de hotspot Wi-Fi.

Du Wi-Fi accessible à tous !

En effet, la République Tchèque a misé sur les nouvelles technologies pour se développer plus qu’elle ne l’est déjà. Si l’on tient compte de facteurs tels que la présence sur le sol de ce pays d’Europe de l’Est d’une très forte communauté de hackers et de développeurs chevronnés et même de voyageurs, il est aisé de comprendre les raisons qui motivent certains à arriver à de tels extrêmes.

Wifi4life est une association dont les quartiers généraux sont dans la capitale Prague, et celle-ci a lancé depuis l’été dernier une campagne de crowfunding (financement participatif) sur Indiegogo visant à collecter des fonds afin de fournir aux SDF sillonnant dans les rues praguoises des bornes Wi-Fi dans l’optique de fournir Internet en libre accès aux passants et habitants.

Nonobstant le fait que la campagne de financement ait été un échec, le projet a tout de même été maintenu et l’association n’a finalement pu acquérir qu’un seul routeur qu’elle a disposé sur un seul SDF. Il s’agissait d’un modèle capable d’émettre à 20 mètres tout au plus et doté d’une autonomie de 6h tout en permettant 10 connexions simultanées.

Un élan philanthropique ?

Loin d’être un moyen de stigmatisation ou de dénonciation, l’initiative a pour réel but de faciliter la réinsertion sociale de ces Hommes ayant tout perdu et étant dépourvus de domicile. Du coup, l’heureux élu pour l’expérience initiale était équipé de son routeur bien accroché, et d’un tee-shirt arborant l’écriteau “Wi-Fi gratuit”, arpentait les rues de Prague muni d’une station de recharge permettant le raccordement et le rechargement du routeur sans-fil, ou même permettre aux passants de recharger leurs appareils mobiles tout en dialoguant avec le SDF.

De plus Lubos Bolecek, responsable de l’association, souligne qu’il s’agit d’un emploi, même s’il n’est rémunéré qu’en nature (alimentation, logement et pension journalière de 5 €) et que cet argument fera le poids devant un potentiel employeur.

La municipalité de Prague a pris l’initiative à bras le corps et entend la faire grandir en étendant le nombre de “SDF Hotspot”.

Crédit photo principale : Flickr – Garry Knight

Commentaires