Les photos les plus chères au monde

Si l’on dit qu’une image vaut mieux que mille mots, certaines photographies valent plus d’un million de dollars… Nous nous satisfaisons d’obtenir simplement quelques “j’aime” sur Facebook de notre dernière photo de vacances ou du dernier selfie pris à la volée dans notre salle de bain, mais quelques artistes photographes réalisent des millions en vendant leurs œuvres.

Si l’on prend les 10 photos les chères de ce classement, cela représente la bagatelle de 31,5 millions de dollars, avec le photographe australien Peter Lik, qui bat tous les records en ayant gagné la coquette somme de 6 500 000 de dollars pour “Phantom” (prise en 1999), un cliché en noir et blanc capturé dans l’Antelope Canyon, en Arizona. Mais vous allez voir que Peter Lik n’est pas étranger à ce classement puisque il a vendu ses photos “Illusion” et “Eternal Moods” respectivement pour 2,4 million de $ et 1,1 million de $, en novembre 2014, et “One” pour 1 million de dollars en 2010.

Jetez donc un œil à ces photos les plus chères jamais vendues et faites un tour sur l’album de votre smartphone pour découvrir si il n’y a pas de clichés qui pourrait valoir une belle somme ! Entre parenthèses, se trouve la date à laquelle la photo a été prise.

19. “One” de Peter Lik (2010) pour 1 000 000 $

Photos les plus chères millions de dollars

18. “Kuwait, Stock Exchange II” d’Andreas Gursky (2008) pour 1 014 354 $

Photos les plus chères millions de dollars

17. “Pantheon, Rome”, de Thomas Struth (1990/1992) pour 1 049 000 $

Photos les plus chères millions de dollars

16. “Nautilus” de Edward Weston (1927) pour 1 105 000 $

Photos les plus chères millions de dollars

15. “Dovima with Elephants” de Richard Avedon (1955) pour 1 151 976 $

Photos les plus chères millions de dollars

14. “Cowboy” de Richard Prince (1989) pour 1 248 000 $

Photos les plus chères millions de dollars

Ne ratez plus les news tech importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


17 Commentaires

  1. Il serait intéressant de connaître aussi l’histoire de chaque photo… Je pense que la qualité de la photo n’est pas le critère nécessaire et suffisant pour reussir à la vendre…

  2. C’est quoi l’élément qui se cède dans la transaction, les droits ? Le négatif ?
    Ça ne me rentre pas dans la tête comment une photo dont la copie est exactement semblable à l’original puisse valoir une telle somme.

  3. Certaines photos son intéressantes mais n’ont rien de transcendant. Une foule de pros en pisse des milliers du genre avec un bon appareil et un peu de créativité. Chapeau, par contre aux rois du marketing qui réussissent à plumer des pigeons pourris de fric pour leur refiler ces « chefs d’œuvres ».
    Le reste n’est que snobisme crasse et magouilles pour mystifier les jobards,

  4. franchement exorbitant pour des photos.
    la 19ème fait nettement “peinture moderne”
    le corps de femme n’a rien de spécial. La vue aérienne de Tobolsk… est jolie mais ne vaut pas ce prix là sauf s’il faut payer l’hélico en vol stationnaire pour la réussir. Elle est signée Medvedev… ah! ah!
    vraiment une pitoyable image de notre monde où plus rien n’a de vraie valeur!
    Pas la peine d’en faire un article de journal

  5. Nul je ne comprendrai jamais les imbéciles qui achètent ce genre de photos , par contre celle de la jeune femme avec les éléphants est splendide mais de là à payer une somme pareille ça me laisse ! ! ! dubitative

  6. Probablement que, comme pour la peinture, certains pensent à un investissement qui serait rentable dans le futur. Question exclusivité il ne doit pas être bien compliqué de prouvé que l’on détient le négatif ou le fichier original.

  7. Je trouve que les prix ne sont pas justifié(cest nimporte quoi!!!!) jamais je ne payerais une telle somme pour de pareil photo, je ne comprend pas que cette personne le fasse, prenez plus tôt cette argent et acheter moi des cadeaux avec je serez alors combler, prenez ce que je dis en consideration y vous vicerez mieu à l’avenir, I’m a bouddhiste!!!

    • Je pense que de toute façon 99,9 % d’entre nous ne se posent même pas la question. Tout cela existe pour que les 0,1 % puisse dépenser le pognon dont ils ne savent pas quoi faire, mais dont ils n’ont jamais assez.

  8. J’ai un ami photographe qui cherche désespéremment du travail, et qui va sans doute s’orienter vers un nouvel emploi… Quand on voit que certains réussissent à éloigner leur famille du besoin avec une seule photo, cela vaut le coup de s’obstiner ! Plus sérieusement, cela serait intéressant de connaître le parcours des photographes. C’est sans doute cela qui fait aussi leur côte.

    • J’en connais aussi qui ont un travail “alimentaire”et des trésors dans leurs archives.
      A quelles portes faut il frapper aujourd’hui pour exposer ..vendre ..un peu ..et ne pas désespérer…?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici