PARTAGER

StarCraft: La success-story d’un jeu devenu incontournable dans l’histoire vidéoludique

Le tout dernier StarCraft 2, nommé Legacy of the Void, est sorti ce mardi 10 novembre, seulement quelques jours après la BlizzCon édition 2015, qui regroupe les meilleurs joueurs des différents jeux de la société Blizzard. Et il était attendu de pied ferme par beaucoup de joueurs, désireux de connaître la dernière campagne du jeu ou encore d’essayer les nouvelles unités promises par le développeur. La précédente extension Heart of the Swarm s’était vendue à plus de 1,1 millions d’exemplaires en l’espace de deux jours et il est fort probable que ce nouvel opus connaisse le même succès.

Mais la question, c’est pourquoi ? Qu’est-ce qui fait que la série StarCraft soit aussi populaire chez un grand nombre joueurs ? Faisons un petit retour historique sur le tout premier jeu de la licence, devenu une référence incontestée du genre.

Un gameplay simple mais efficace

Le tout premier jeu nommé simplement StarCraft est sorti en 1998. À cette époque, les jeux de stratégie commençaient à apparaître et à devenir des monstres du jeu vidéo sur PC, tels que Age of Empires, premier du nom et concurrent direct de StarCraft, ou encore la série Command & Conquer.

Arrivant sur un marché en pleine émergence, il ne fut pas facile pour StarCraft de se faire une place dans un univers déjà occupé par des concurrents ayant acquis une certaine réputation. Alors qu’est-ce qui a permis à StarCraft de se distinguer et de devenir aujourd’hui un colosse indéboulonnable ? La réponse est claire: son efficacité.

starcraft 2

Crédit photo: Addict-esport

Le jeu est à première vue assez simple de conception. D’abord, il n’y a que trois races jouables, à s’avoir les Terrans qui sont des descendants exilés et criminels des humains, les Protoss qui sont une race extraterrestre très avancée et dotée de pouvoir psychiques puissants, et enfin les Zergs, une autre race extraterrestre mais ayant des allures d’insectes géants désireux d’envahir le monde. Il faut associer à cela un jeu rigoureusement proche de ses concurrents qui est de récolter des ressources, construire une base et partir en guerre.

Mais (et c’est le point important) chaque race dispose de ses propres unités et de compétences spécifiques. Ainsi, les Terrans sont technologiquement évolués mais loin d’atteindre le niveau des Protoss et ne peuvent donc compter que sur leur polyvalence. Les Protoss, qui sont certes très évolués technologiquement et ont des combattants redoutables, sont cependant affectés par un coût de production élevé. Enfin les Zergs, ne disposant d’aucune technologie, s’appuient sur leurs capacités évolutives et leur nombre pour écraser l’adversaire.

Vous l’avez compris, StarCraft se distingue par un gameplay à la fois asymétrique et équilibré, ce qui en fait un jeu qui est redoutable d’efficacité et qui a su survivre durant des années. Rien que l’année de sa sortie, près de 1,5 millions d’exemplaires furent vendus et pas moins de 11 millions jusqu’à maintenant. Il est tout simplement l’un des jeux les plus vendus de l’histoire, toutes catégories confondues.

Une mécanique permettant de s’opposer les uns aux autres

Dès sa sortie, StarCraft proposait la possibilité de jouer en ligne, en plus des campagnes scénarisées et de parties contre l’ordinateur. Si dans sa conception de départ, le jeu en ligne n’était qu’un aspect secondaire du jeu, il s’avère qu’avec l’arrivée de son extension nommée Brood War, le jeu prendra une orientation définitivement multi-joueurs. Avec quelques unités supplémentaires et un rééquilibrage pour corriger les défauts du premier jeu, les possibilités de jouer en ligne contre d’autres joueurs devinrent plus intéressantes. Et c’est grâce à cela qu’il deviendra une légende.

multijoueurs, Starcraft

Des joueurs Coréens de StarCraft – Crédit photo: Wikimedia – jareed

Grâce à ces différents éléments, des compétitions firent leur apparition et le multi-joueurs ouvrit de nouvelles possibilités que le jeu n’avait pas anticipé initialement. Les joueurs développèrent des stratégies plus poussées, combinant différents types d’unités en fonction de l’armée adverse et élaborèrent une gestion quasiment scientifique de leur base. Tout était fait pour que la stratégie employée soit optimale et rapidement mise en œuvre, au point que l’enregistrement vidéo devient vite un outil pratique pour tirer les leçons d’une victoire ou d’une défaite lors d’une partie en multi-joueurs.

Particulièrement populaire en Corée du Sud, le jeu devint même un sport officiellement reconnu, faisant de ce pays un berceau de champions dans les compétitions organisées autour de StarCraft et un foyer de l’apparition du e-sport dans le reste du monde.

À lire aussi : L’e-sport en passe de devenir sport olympique ?

Un jeu ayant une histoire et une culture

Outre sa mécanique assez simple mais équilibrée et un multi-joueurs de pointe, le jeu dispose également d’une histoire, où chaque race peut être jouée dans une campagne et où le joueur incarne des héros qu’il mènera à la victoire.

Et cette histoire, disons-le, est captivante: les Terrans doivent survivre dans une zone spatiale contrôlée par les Protoss et vivent une situation de guerre civile constante pour obtenir le pouvoir. Les Zergs quant à eux ne rêvent que d’envahir les différentes planètes existantes pour asservir toute vie et gagner en puissance. Enfin, les Protoss font face à la présence d’une race farouche et indisciplinée que sont les Terrans tout en défendant leur monde natal d’une invasion d’abominations Zergs.

Chaque race s’imbrique donc dans une même histoire et permet au joueur de s’identifier à celle de son choix. Mais ça ne s’arrête pas là: une véritable culture autour du jeu s’est développée à l’image de Star Wars ou d’autres œuvres de science-fiction. Des romans et des mangas furent créés par des fans, ainsi que des produits dérivés allant de peluches Protoss à des figurines de héros de la série. Et c’est sans compter les nombreux fan-arts qui circulent sur le web ou encore les nombreuses photos de cosplay.

Cosplay de Marine Terran :
cosplay, Starcraft

Bref, le jeu a de bonnes raisons d’être le monstre sacré qu’il est devenu. Avec un gameplay très bien conçu pour jouer en solo comme en multi-joueurs, une communauté créative et impliquée et une histoire immersive, tout était là pour qu’il soit aujourd’hui la référence du genre. Et son successeur StarCraft 2 respecte encore aujourd’hui les codes imposés par son ancêtre.

Crédit photo principale : Flickr – SobControllers