Un œil critique sur la nouvelle merveille de film signée Jeff Nichols: Midnight Special avec Michael Shannon et Kirsten Dunst !

Hier j’ai vu Midnight Special, le quatrième long-métrage du réalisateur américain Jeff Nichols. Ses trois premières réalisations m’avaient amplement satisfait et convaincu du talent inné de ce natif de l’Arkansas: Shotgun Stories, c’est le premier, une escapade, Take Shelter une histoire de famille transcendantale et Mud, le portrait d’un fugitif incarné par Matthew McConaughey.

Ce Midnight Special était donc attendu comme le loup blanc, une envie presque obsessive de voir où Nichols allait nous emmener cette fois, un voyage au cœur de la science-fiction et des films qui l’ont fait rêver plus jeune.

Un voyage aux confins de la science-fiction

La rupture avec ses précédents films est palpable d’entrée de jeu, puisque Jeff Nichols ne s’attarde pas sur les détours, nous plongeant immédiatement dans le feu de l’action. Le réalisateur américain nous avait habitué à cette attention presque obsessionnelle sur la psychologie des personnages, prenant l’acteur comme la base de ses intrigues.

Avec Midnight Special, l’ambition est toute autre, l’histoire ne fait pas de détour, propulsant le spectateur aux côtés de Roy et Lucas sur une route en pleine nuit. L’atmosphère est ici le point d’orgue avec une tension palpable et un manque d’informations constant qui confronte le spectateur à un profond raisonnement: pourquoi ces hommes convoient-ils ce jeune garçon aux dons surnaturels ? Vers où se dirigent-ils ?

L’enfant est au cœur de l’intrigue du film, un enfant que l’on découvre au début du film coincé entre deux lits, comme une métaphore, un indice nous indiquant le caractère surréaliste du garçon. Il suscite l’intérêt de tous, promu au rang de messie par une secte fanatique, il est aussi recherché par les principales autorités américaines, considéré comme une menace voire une arme potentielle.

La paternité et ses liens surnaturels

Avec son nouveau film Jeff Nichols semble avoir intégrer un paramètre essentiel à la réalisation d’un excellent film: le mystère, et plus précisément sa place et son épaisseur. Dans ses précédents films, Nichols installait le mystère pour mieux le déconstruire, l’analyser et le comprendre, alors qu’ici tout est mystère. Le scénario ne donne aucune indication sur l’histoire afin de laisser la liberté de ton nécessaire à la prise d’ampleur du mystère.

Une grande partie du public risque fort d’être complètement déroutée voire dégoûtée par le minimalisme des explications, mais si Nichols laisse à ce point le spectateur dans le désarroi, c’est pour une bonne raison; pour que nous-mêmes puissions ressentir l’angoisse omniprésente dans le film, pour que nous vivions la pleine expérience proposée et que nous nous interrogions sur ces liens invisibles (et donc peut-être, eux aussi surnaturels ?) qui lient les membres d’une famille. Un conte beau et rafraîchissant.

Midnight Special

Réalisé par Jeff Nichols
Avec Michael Shannon
Kirsten Dunst
Joel Edgerton
Adam Driver
Sam Shepard