Blackberry en partenariat avec le chinois TCL lance un nouveau smartphone, le dernier des Blackberry est né, le DTEK60 est officiel !

Blackberry a annoncé fin septembre sa décision de mettre un terme à ses activités liées à la conception et la fabrication de smartphones. Une page de l’histoire du smartphone fut tournée juste après l’abandon de Microsoft. Cependant, comme avec Nokia, si la marque Blackberry ne sera plus officiellement associée à des smartphones fabriqués par la marque, elle est désormais octroyée sous licence à des constructeurs qui, désireux de s’assurer une certaine image de marque, sont prêts à mettre la main à la poche, pour concevoir un smartphone, puis flanquer le logo d’une marque ancestrale et emblématique.

C’est le cas de TCL, qui par ailleurs est la firme derrière la marque Alcatel One Touch, et celle produisant les smartphones Wiko. En effet, le géant chinois du smartphone bon prix vient de dévoiler le Blackberry DTEK60, un smartphone qui sonne comme le dernier opus du géant canadien dans l’industrie des appareils mobiles. Nous vous livrons l’essentiel de ce que propose le dernier des Blackberry.

Sur le plan du design, un Alcatel One Touch Idol 4, mais en mieux et plus Pro

Comme son prédécesseur, le DTEK60 de Blackberry tire l’essentiel de ses traits physiques d’un smartphone déjà bien connu de l’industrie, le Idol 4 Pro d’Alcatel. En effet, les deux smartphones sont en fait fabriqués par le même constructeur, le chinois TCL. Cependant, le design du DTEK60 est moins conventionnel et copié que prévu.

Blackberry DTEK60

Il est fait de matériaux nobles, verre et aluminium anodisé. Le verre recouvre les faces avant et arrière, tandis que l’aluminium est utilisé pour la conception de l’armature du châssis, ou des accessoires apparents du smartphone. Ainsi, le smartphone propose une finesse assez remarquable, qui associé aux bords incurvés de sa coque, donnent une excellente prise en main. À noter que les bords en question sont biseautés.

Un seul coloris sera commercialisé, le gris mat. La face dorsale du smartphone propose quatre éléments : le capteur photo et son module double-flash LED, sous lequel se retrouve le capteur d’empreintes digitales, et en-dessous duquel est frappé le logo en grappes de Blackberry. Le dos du DTEK60 est très lisse, ce qui laisse supposer qu’il prendra facilement les traces de doigts et les rayures. Doté de coins arrondis, le smartphone propose en façade un seul élément, son écran. Pas de boutons physiques, mais des haut-parleurs stéréo logés dans les coins saillants de ses bandes supérieure et inférieure.

Les tranches sont également bien gérées, proposant un bouton volume haut/bas et verrouillage/déverrouillage (centré) à gauche, les trappes de cartes SIM et mémoire à droite, le port musical sur la supérieure et le port USB Type-C sur l’inférieure.

Petit tour sous le capot du DTEK60

Le DTEK60 est un smartphone relativement compact, proposant dans un boitier de 165 grammes des formes plutôt fines, 153.9 x 75.4 x 7 mm. Nous sommes loin des 6 mm des iPhone, mais c’est déjà ça. En effet, le smartphone de Blackberry (ou TCL) est animé par le surpuissant Qualcomm Snapdragon 820, qui par ailleurs équipe la quasi totalité des smartphones haut de gamme cette année. Doté d’un jeu de quatre cœurs, le processeur dispose de deux cores Kryo cadencés à 2.15 GHz, les deux autres étant eux aussi de type Kryo, mais cadencés à 1.6 GHz. Pourquoi utiliser un jeu de cœurs identiques dont deux à haute fréquence et l’autre à basse fréquence ? Tout simplement parce que les usages des smartphones, quels qu’ils soient ne demandent pas la même puissance de calcul. Par exemple, lancer une piste musicale ou un jeu vidéo ne demandera pas les mêmes ressources aux composants internes, il faut donc mieux dispatcher les efforts. Ce qui se résume à user des deux cœurs à basse fréquence (donc basse consommation) lors de l’exécution de tâches légères comme notre lecture musicale, ou les deux autres cœurs à haute fréquence (donc haute consommation) associés aux cœurs à basse fréquence, pour les tâches relativement lourdes.

À ce processeur, Blackberry a eu la bonne idée d’adjoindre 4 Go de mémoire vive, un GPU Adreno 530 et 32 Go de mémoire de stockage de base, que vous pourrez étendre jusqu’à 2 To via le support de cartes mémoires au format micro-SD. La firme canadienne a opté pour un écran AMOLED de 5,5 pouces, qui délivre une impressionnante définition de 2560 x 1440 pixels pour un ratio de 534 pixels par pouces. Par ailleurs, l’écran occupe presque 72% de la façade du smartphone, c’est magnifique. À noter que l’écran du smartphone est traité contre les rayures, et jouit d’un revêtement oléophobique (ce qui veut dire qu’il repousse les huiles et graisses, qui ne permet pas aux graisses de s’attacher). Sur la pan de la capture photo, deux impressionnants appareils sont installés dans le DTEK60, dont un de 21 millions de pixels à l’arrière, et l’autre, de 8 millions de pixels en façade.

Blackberry DTEK60

Le capteur dorsal est accompagné de son double-flash LED et d’un autofocus à détection de phase. Capable de filmer en 2K à raison de 30 images par seconde, le capteur se veut très performant en de bonnes conditions lumineuses. A contrario d’Apple qui a décidé d’envoyer aux oubliettes le port Jack 3.5 mm, Blackberry a fait le pari du maintien de ce vieux de la vieille. Les communications sans-fil sont assez complètes, notamment grâce aux puces WiFi, Bluetooth 4.1 NFC, au GPS et au GLONASS. Alimenté par une batterie de 3000 mAh (rechargeable par le biais du port USB Type-C), le Blackberry DTEK60 est propulsé par Android 6.0 (Marshmallow), avec une option de passage prochain, vers Nougat.

Nous avons gardé le meilleur pour la fin, car pour la première fois dans un smartphone, Blackberry a décidé de proposer un capteur d’empreintes digitales, qui trône comme évoqué plus haut, sous le capteur photo dorsal. C’est un plus pour un smartphone axé sur la protection des données.

Une suite logicielle sécuritaire complète

Comme avec son DTEK50, Blackberry a tenu sur le DTEK60 à proposer une suite logicielle complète, visant à mieux assurer la protection de vos données sensibles ou non. On retrouve donc deux familles d’applications dans le smartphone, le Blackberry Hub qui centralise vos événements, alertes et notifications, et DTEK, qui assure la protection “la plus avancée à ce jour à vos données stockées sur smartphone”. DTEK a pour principale fonction de surveiller tout ce qu’il se passe dans votre terminal, surtout les permissions des autres applications à vos données personnelles stockées localement.

Un smartphone très intéressant… mais…

Blackberry n’est pas au meilleur de sa forme en ce moment, mais la firme outre le fait d’avoir annoncé son retrait du marché des smartphones, reste de près comme de loin intéressé par celui-ci. Il suffira juste du déclic salvateur, pour le revoir derrière de nouvelles productions du genre Priv ou autres. Avec son DTEK60, la marque enterre une époque, mais propose par la même un smartphone assez équilibré doté d’arguments de choix, dont une fiche technique capable d’affronter celles des principaux vaisseaux amiraux de la concurrence. En somme, le Blackberry DTEK60 pourrait bien connaitre un certain succès auprès des fans inconditionnels de la marque aux mûres noires.

Le seul frein pourrait être le prix de l’appareil, qui se révèle tout de même salé pour un smartphone suppliant presque d’être acheté. En effet, le DTEK60 est lancé à 579 euros. Certes nous sommes loin des surréalistes 800 euros du Priv, mais quand même…

Ne ratez plus les news tech importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


1 COMMENTAIRE

  1. “le dernier des Blackberry est né”

    sources?
    c’est nouveau ça.

    pourquoi annoncer en balise H1 un titre mensonger ou mêlant la confusion chez les gens.

    En mars 2017, un nouveau bb mobile sortira chez BlackBerry : le Mercury avec clavier physique sous Android.

    BlackBerry va arrêter de créer ses mobiles et sous-traiter la construction. la nuance est là. Samsung, SOny, Apple font pareil. On fait fabriquer en Chine.

    Donc rien ne va changer sinon pour la société qui va économiser beaucoup d’argent.

    Ce que vous dites pas, c’est que l’OS est retravaillé par BlackBerry pour y inclure leurs patchs de sécurité, que tous les mois les mises à jours sont faites et que BlackBerry va assurer les futurs mises à jour de l’OS sur 3/4 ans.

    Samsung, Sony, HTC, etc … peuvent en dire autant?

    Pourquoi personne n’en parle? Pourquoi toujours cntinuer à chercher à dénigrer la société?

    Oui, à 579€ et le support que BlackBerry offre est LE meilleur choix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici