PARTAGER

Jays fait une incursion remarquée dans le marché des écouteurs intra-auriculaires avec ses q-Jays qui rivalisent de majesté face à des marques plus cotées !

Ne vous est-il jamais arrivé de vouloir couper les câbles de vos écouteurs intra-auriculaires tant le son produit par ceux-ci vous semblait mauvais ? Ou tout simplement pour achever ces écouteurs dont les câbles sont déjà bien abîmés ? Avec les q-Jays, du géant suédois Jays spécialiste du casque et d’écouteurs audio, vous solutionnez ces deux problèmes. D’une part vous avez du son haut de gamme pour un prix raisonnable, mais surtout, vous avez avec des écouteurs premium aux finitions exemplaires et câbles d’écouteurs échangeables.

Si vous boudiez les produits Jays par le passé, ou doutiez de leur qualité de fabrication ou de celle du son proposé, vous serez surpris comme sur le casque U-Jays, des prestations du q-Jays ! Place à notre test des écouteurs intra-auriculaires du suédois Jays !

q-Jays, test des écouteurs intra-auriculaires

Design optimal, finitions premium

Ce qui frappe une fois les écouteurs retirés de leur emballage, c’est surtout leur compacité et leur légèreté. En effet, presque équivalent aux écouteurs du chinois OnePlus en termes de poids, les q-Jays n’affichent qu’une centaine de grammes tout au plus. De surcroît, c’est la disposition de l’équipement du packaging qui surprend, puisque les écouteurs sont non pas soudés à leur câbles comme cela se fait dans l’industrie, mais bien détachables.

Sur les q-Jays, on visse les câbles, et on peut même les changer s’il leur arrive d’être défectueux ou se gâter ! Les finitions des intra-auriculaires de Jays sont exemplaires comme déjà évoqué plus haut, et on ne jure sur les q-Jays que par les matériaux nobles. En tête de liste l’acier anodisé et inoxydable qui a été choisi pour assurer une certaine robustesse à l’armature interne des écouteurs, ou la silicone ultra-résistante qui recouvre l’extérieur et fait aussi office d’enveloppe de protection. Le concours de singularité se poursuit au niveau des câbles des écouteurs, qui, vissables, sont proposés en kevlar ou en cuivre. À noter ici que les câbles font chacun 1,2 m de longueur. Qui a dit premium ?

q-Jays, le point sur les caractéristiques

Le packaging des q-Jays est somme toute classique, du moins en ce qui concerne ce qui se fait de mieux chez Jays. Ainsi, on retrouve dans la boite les écouteurs intra-auriculaires assez petits, si vous ne saviez pas que ce sont eux les écouteurs, vous seriez passés à côté lors du déballage. À ces écouteurs remarquables, le suédois a eu la bonne idée d’associer cinq paires d’embouts en silicone, une paire de mousses à mémoire de forme Comply ainsi qu’une housse de transport rigide avec intérieur en silicone souple.

q-Jays, test des écouteurs intra-auriculaires

Sur un plan purement technique, les q-Jays sont uniques en ce fait qu’ils sont les plus petits écouteurs intra-auriculaires du monde à offrir deux transducteurs à armature équilibrée. Concrètement, cela signifie que chaque écouteur comporte deux équipements sonores, dont un à large bande qui reproduit différentes fréquences sonores, et l’autre à spectre réduit, dédié aux sons graves. Dans l’ensemble les écouteurs produisent un son puissant, estimé à 103 dB, et une impédance de 50 Ohm.

Comme sur le U-Jays, les q-Jays sont dotés d’un microphone de technologie MEMS, mais les intra-auriculaires, a contrario du casque supra-auriculaire, proposent une isolation jusqu’à -40 dB et 2 kHz. Comme le U-Jays, les q-Jays sont également compatibles avec iOS et Android, et les écouteurs le sont aussi avec Windows Phone.

q-Jays, test des écouteurs intra-auriculaires

q-Jays, quid du son délivré ?

Jays est réputé pour la qualité de ses équipements, et les q-Jays ne dérogeront pas à cette règle. Si le modèle précédent des intra-auriculaire souffrait cruellement de l’absence de certains composants, la dernière cuvée de la lignée des q-Jays rétablit l’ordre établi, et proposera un son filtré et à la qualité au plus près de celle encodée en studio, grâce aux deux transducteurs à large bande et à graves, embarqués sous le capot.

Ici, pas de traitement audio, tout est naturel et neutre, les basses sont bien maîtrisées, les aigus sibilants et la distorsion est presque imperceptible. De plus, que ce soit avec les mousses à mémoire de forme ou les embouts en silicone, l’isolation phonique est optimale.

Seul bémol que l’on pourrait cependant attribuer au compte des écouteurs, leur faible capacité à gérer correctement la puissance sonore émise sur certains smartphones (notamment originaires de Chine), limitée par leurs fabricants à 94 dB, soit 75 mV.

q-Jays, test des écouteurs intra-auriculaires

Conclusion

Où l’acheter et à quel prix ?

q-Jays, 279€ sur Jaysheadphones ou sur Amazon. Disponibles en noir et blanc/gris.

En somme, nous recommandons fortement l’achat des q-Jays. Sont-ils les meilleurs du marché ? Très certainement, mais surtout dans leur positionnement tarifaire. À ce propos, combien valent-ils exactement ?

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz