We Are Social fait le point sur l’usage d’Internet en France pour l’année 2014

Internet ne cesse d’être toujours plus présent dans notre vie quotidienne. Personne ne s’y oppose et le monde entier constitue son terrain de jeu. C’est pourquoi les chiffres du web deviennent sans cesse vertigineux, à tel point qu’il est désormais impossible d’imaginer le monde contemporain sans lui.

Et les chiffres le montrent : 42% de la population mondiale est connectée d’une manière ou d’une autre à Internet, soit près de trois milliards de personnes. Mais qu’en est-il de la France ? Voici quelques chiffres sur l’état d’Internet dans notre pays.

A lire aussi : Internet est-il nocif pour la planète ?

1. 55 millions d’internautes en France

C’est ce que souligne une étude de We Are Social : 84% de personnes en France sont des internautes, soit presque 55 millions de personnes. L’Hexagone est plutôt en bonne posture, car la moyenne européenne tourne autour des 81%, derrière les Allemands ou les Anglais, mais largement devant les Espagnols ou les Italiens.

2. Moins assidus que nos voisins

Internet planète

Crédit photo: Pixabay – geralt

Et c’est là la première surprise : aussi nombreux sommes-nous à être sur le web, nous y passons moins de temps que la plupart de nos voisins, si ce n’est même que le reste du monde ! Le temps total d’un internaute français, ordinateur et smartphone inclus, est de 5 heures et 12 minutes par jour, contre 5 heures et 36 minutes pour les Allemands ou 5 heures et 54 minutes pour nos amis espagnols. Au niveau mondial, la moyenne est de 7 heures et 6 minutes.

3. Une France à la traîne !

C’est là un chiffre moins glorieux. Si nous sommes aussi connectés que les autres tout en étant plus raisonnable dans son usage, le web en France est néanmoins à un débit relativement bas comparé aux autres pays développés. Ainsi, un foyer français surfe avec un débit moyen de 6,9 Mb/s. C’est certes mieux que la moyenne mondiale (4,5 Mb/s), mais largement en dessous des Américains ou des Allemands, avec respectivement 11,5 et 8,7 Mb/s.

4. Les français préfèrent les relations réelles

C’est là une surprise qui pourrait aller à l’encontre de certaines idées reçues. S’il est fréquent de lire ou entendre que les réseaux sociaux sont envahissants, au point d’y devenir accro, il s’avère que nous sommes loin du compte comparé à nos voisins. Nous sommes en effet que 45% à avoir un compte Facebook ou Twitter. Plus intéressant encore, le temps passé sur les réseaux sociaux ne dépasse pas les 2 heures par jour, soit légèrement moins de temps que la moyenne des pays développés.

5. Un débit Internet de qualité pour les mobiles

Si nous sommes de mauvais élèves concernant les connexions Internet depuis un ordinateur, nous sommes en revanche plutôt en avance si nous l’utilisons depuis un mobile. Avec 7,1 Mb/s, nous sommes devant les Américains, les Japonais et la plupart des pays d’Europe.

On doit cette performance à deux causes : l’héritage d’un réseau financé autrefois par l’Etat et la compétition féroce qui se déroule entre opérateurs mobiles favorise le développement du réseau, avec des débits toujours plus importants à des prix toujours plus attractifs.

Lire : La France bien en avance sur le reste du monde en nombre de hotspots Wi-Fi

6. La nouvelle génération plus accro que celle de ses aînés ?

Utilisation Internet Mobile la nuit

Crédit photo: Flickr – chauromano

C’est ce qui semble ressortir d’une étude menée par l’institut Morphée. Malgré un comportement plutôt raisonnable des français concernant Internet, les nouvelles générations semblent bien plus exposées à un usage excessif des nouvelles technologies. Et c’est plutôt sévère : 15% des ados envoient des SMS et 11% consultent les réseaux sociaux durant la nuit. Certains vont même jusqu’à programmer une alarme pour s’y connecter à des heures indues.

Conséquence logique d’une telle addiction, il devient difficile de se lever le matin pour se rendre en cours. Plus problématique encore, difficile de suivre les cours si le sommeil manque. Si pour l’instant cela reste un phénomène marginal, il est important d’être attentif sur l’évolution de ces pratiques, afin d’éviter leur progression dans les années à venir.

Sources : Le Progrès, We Are Social. Crédit photo principale : Pixabay – geralt