PARTAGER

Ces films à pleurer sont en fait des publicités thailandaises

En créant des publicités pour la télévision, des entreprises du monde entier espèrent taper dans l’œil des téléspectateurs afin qu’ils achètent leurs produits et services. Certaines y arrivent mieux que d’autres. Parmi elles, il semble que les compagnies thaïlandaises aient une longueur d’avance. Sur les petits écrans dans les foyers de Thaïlande, ce sont les publicités qui font pleurer qui cartonnent le mieux. Ces vidéos super-tristes sont ensuite postées sur les réseaux sociaux et vues des millions de fois, faisant éclater en sanglots bon nombre d’internautes des quatre coins du monde.

L’une des plus récentes, postée le 27 août dernier, a été vue 9.5 millions de fois. Ce clip vidéo d’un peu plus de cinq minutes pour une société de caméras de surveillance, pourrait figurer dans un festival de court-métrage. La compagnie Vizer a réalisé l’une des meilleures réclames cette année. Dans celle-ci, un propriétaire de magasin ridiculise un sans-abri qu’il trouve chaque matin en train de dormir à l’extérieur de son magasin. Jour après jour, il le frappe, lui verse un seau d’eau dessus et lui dit de déguerpir. Finalement, quand le SDF disparaît pour de bon, l’homme se demande pourquoi. Il vérifie alors les images de vidéosurveillance pour découvrir que le pauvre homme protégeait son magasin chaque nuit. On a alors droit au slogan “Il y a tellement de vérités que vous ne pouvez voir”.

La publicité thaïlandaise la plus célèbre (et l’une des plus tristes) est certainement celle de la compagnie d’assurance Thai Life Insurance, intitulée Unsung Hero, “Héro inconnu”. Sur la seule chaîne YouTube de la compagnie, elle a été vue 26.5 millions de fois, presque autant qu’un clip de DJ célèbre. C’est l’oeuvre de l’agence Ogilvy & Mather Bangkok. Elle raconte l’histoire de la générosité d’un homme. Il nourrit les chiens errants et donne de l’argent à une mère sans-abri et sa fille. Il ne reçoit rien en retour, pas d’argent ni de gloire, mais à partir de deux minutes, sa récompense se manifeste.

La publicité Unsung Hero était l’une des vidéos virales les plus partagées dans le monde en Janvier, selon le média asiatique Mumbrella.

Il y a ensuite celle-ci, intitulée Silence of Love, à propos du dévouement d’un père pour sa fille. Egalement produit par l’agence Ogilvy & Mather Bangkok, ce spot publicitaire à chialer dépeint une relation tumultueuse entre une écolière et son père sourd-muet, que la jeune fille ne parvient pas à pardonner de ne pas être capable de parler comme tous les pères. Mais quand la fille est transportée à l’hôpital en urgence, les actes de ce père sont plus éloquents que les mots.

S’il vous reste des larmes pour pleurer, gardez-en encore de côté. La publicité qui vient maintenant est celle de la société de téléphonie mobile thaïlandaise TrueMove H qui montre à quel point la bonté peut être enrichissante. Dans ce clip, le don d’un marchand pour un petit voleur est remboursé des années plus tard, lorsque le commerçant a le plus besoin d’un coup de main. Les Asiatiques du Sud semblent partager les vidéos qui démontrent une bonne cause: 19.3 millions de vues sur la vidéo officielle de la compagnie.

Sad Sister, une publicité de l’Institut national du cancer, figure en bonne place pour le titre de la plus déprimante publicité thaïlandaise de tous les temps. Elle raconte l’histoire de deux sœurs qui ne sont pas du tout sur la même longueur d’onde jusqu’à ce que l’une révèle à l’autre qu’elle a un cancer. Le spot publicitaire est un “call to action” pour les femmes thaïlandaises généreuses de faire don de leurs cheveux à l’Institut.

La Thai Life Insurance apparaît la plus à l’aise pour ces pubs tristes. Ici, l’histoire d’un jeune garçon dont la mère a un cancer, et qui parvient malgré tout à inspirer le bonheur ou l’espoir :

Une autre vidéo de la même compagnie raconte l’histoire d’un enfant plus jeune qui doit faire l’école buissonnière pour aider sa mère à balayer les rues:

Mais cet opus de 12 minutes reçoit probablement la médaille d’or: il s’agit d’une réclame pour True Corporation, le propriétaire des services de télévision par câble et d’Internet les plus importants de la Thaïlande, ainsi que l’un des plus grands réseaux mobiles dans le pays. Au même titre que la publicité de Vizer plus haut, la société est loin de l’industrie de la santé ou des assurances, mais donne néanmoins un véritable coup de poing :

L’idée d’origine n’est pas de faire pleurer

Phawit Chitrakorn, directeur général de l’agence de publicité Ogilvy & Mather Bangkok, assurait pourtant au site Mumbrella en janvier que pousser aux larmes son public n’était pas une priorité. “Une audience qui pleure n’est pas notre objectif principal,” avait-il dit. “Cependant, nous voulons que les gens apprécient la “valeur de la vie”, qui est une valeur fondamentale de la marque. Ce que les gens doivent se souvenir est que Thai Life Insurance est vraiment et profondément consciente de la valeur de la vie, et cela crée des opportunités”.

Il rappelle qu’il est important pour l’entreprise de ne jamais être “trop mélodramatique”. “Cela vient de notre conviction que la vie d’une personne n’est pas quelque chose dont on joue avec. Ce que nous essayons de faire est de trouver une histoire humaine touchante dont nous croyons qu’elle peut tous nous arriver – nos voisins, amis, ou même de la famille. Quand nous y parvenons, les compagnies d’assurance-vie commencent alors à avoir un sens pour nous tous”.