PARTAGER

Quelle plateforme choisir entre Netflix et Amazon Prime pour regarder des films et des séries ? Nous avons tenté de faire toute la lumière sur cette question

Le streaming vidéo fait aujourd’hui partie intégrante de notre vie à tous, nous consommateurs impatients, désireux d’avoir tout, tout de suite. Oubliez ces temps lointains et obscurs où il vous fallait sortir de chez vous et affronter les caprices de la météo pour aller louer un film. À travers la lutte de ces deux géants, que sont Netflix et Amazon, dans le but de monopoliser nos neurones et nos porte-monnaie, il s’agit avant tout de bien analyser ses propres besoins. Les offres sont alléchantes, les supports multiples et la gamme de produits proposés ne cessent de s’étendre à mesure que Netflix et Amazon engrangent du succès. Bien sûr la guerre de la concurrence impose aux deux fournisseurs de culture jetable de nombreux points communs; et tandis que Netflix semblait avoir pris le dessus, via notamment deux séries à succès (House of Cards et Orange Is The New Black), l’ogre Amazon a démontré la longueur de son bras en s’alliant avec l’inévitable HBO.

Amazon, le petit nouveau grandi bien vite

Amazon Prime n’est finalement qu’un nouveau venu sur le marché du contenu streaming, puisque à l’origine ce service payant permettait aux clients Amazon d’envoyer un nombre illimité de commandes durant une période de 48 heures. Ce service destiné aux seules livraisons s’est considérablement étoffé à mesure que le succès d’Amazon Prime grandissait. Aujourd’hui Amazon sort les griffes en proposant un très vaste accès à sa bibliothèque via 600.000 livres téléchargeables et une offre VOD qui aura très certainement augmenté au moment où vous lirez ces lignes. Films, séries, c’est une véritable course à l’armement à laquelle est train de se livrer le géant américain, dans le but de grignoter des parts de marché à son principal concurrent Netflix.

Amazon Prime

Crédit photo: techradar.com

Cette guerre est quelque peu à relativiser dans notre cher hexagone puisque la France n’a découvert que tardivement ces services (via l’offre proposée aux Etats-Unis, lire plus bas), laissant à Amazon le temps de se positionner et de rattraper son retard, non pas tant en quantité de produits proposés mais davantage en s’appuyant, à l’instar de Netflix, sur quelques contenus phares. Et force est de constater qu’Amazon n’est pas si en retard que cela: le service signait en effet des accords dès 2011 avec NBC pour avoir la primeur de diffuser les créations de la chaîne et commencer son travail de fond avec les distributeurs de films, comme la MGM ou encore Warner pour ne citer qu’eux.

Récemment Amazon Prime a asséné un violent direct du droit à son concurrent Netflix en remportant une victoire presque inespérée: le service s’octroyait en effet les droits de diffusion des programmes de la célèbre chaîne câblée HBO. Et c’est sans aucun doute avec le sourire aux lèvres que les communicants d’Amazon Prime pourront désormais utiliser l’image de séries à énorme succès comme The Wire, Les Sopranos ou plus récemment Game of Thrones et True Detective afin de promouvoir leur marque. Ceci étant, Amazon Prime n’a pour le moment proposé qu’une infime partie du catalogue de HBO, d’anciennes gloires de la chaîne pour la majorité. À cela il faut également ajouter tout un panel de séries créées par et pour Amazon, comme The Man in the High Castle, séries que le grossiste en culture espèrent comme autant de succès. Le service est donc pour le moment accessible non pas en France, mais aux Etats-Unis avec une offre à partir de 99 dollars par an (87€).

Netflix garde une longueur d’avance

De son côté, Netflix a rapidement su surfer sur la vague du streaming et des séries à la mode en s’offrant bon nombre de titres dont la notoriété n’est plus à faire: Dexter, Breaking Bad et beaucoup d’autres. La plateforme a réussi à se faire une place et un nom très vite, en misant surtout sur la qualité. Netflix a voulu montrer à ses anciens et futurs clients qu’il savait de quoi il parlait en matière de contenu vidéo, en proposant de manière accessible, des créations originales estampillées Netflix. Ces titres de séries, vous les connaissez tous, il s’agit de House of Cards et Orange Is The New Black, deux séries unanimement acclamées par les critiques et les fans; c’est cet éthique de travail, cette reconnaissance du milieu que recherchait Netflix, une notoriété et une crédibilité gagnées à la loyale. Récemment la série Narcos a permis à la plateforme de téléchargement de rappeler à Amazon le chemin qui sépare le savant du profane. Les abonnements débutent à partir de 7,99 euros par mois.

Netflix

Crédit photo: tinynews.be

En termes de films, il faut l’avouer, Netflix (comme Amazon) fait surtout dans le vieux, ou du moins peine à être vraiment d’actualité. Marché, finance et gros sous obligent, les titres ne sont disponibles pour les clients qu’après la sortie DVD/Blu Ray, ce qui reste grandement acceptable mais peu intéressant: en effet, le film ne sera proposé par Netflix qu’après rotation sur grand écran, puis sortie commerciale, laissant largement le temps aux plus acharnés de dégoter un exemplaire pirate.

Pour résumer, ces deux services proposent des catalogues monstrueux de films et de séries, un bénéfice en apparence seulement, puisque pour suivre toutes vos séries préférées il vous faudrait en réalité prendre les deux abonnements. Si Netflix est le plus « vieux » sur le marché, sa crédibilité acquise après de prestigieux succès d’audience semble se déliter peu à peu, face à la concurrence grandissante. Certes Amazon Prime gagne constamment du terrain en affichant des tarifs plus attractifs et un catalogue de plus en plus compétitif, mais il ne faut pas exclure non plus d’autres petits acteurs, qui se forgent un nom suivant la même recette que Netflix.

La progression du pionnier de l’offre streaming est en recul pour la première fois aux Etats-Unis, un recul qui faut toutefois tempérer aux vues des investissements faramineux que Netflix fait pour accroître sa domination mondiale. Car au final, cette bataille se juge avant tout sur le contenu original créé par ses services, une bataille pour l’instant menée par Netflix qui continue d’investir dans de nouveaux projets, en France avec « Marseille », au Brésil ou encore en Italie et qui sort cette semaine son premier film avec Beasts of No Nation avec Idris Elba. L’objectif côté Netflix est avoué, il s’agit de décrocher un Oscar, histoire de montrer à Amazon que sans maîtrise la puissance n’est rien.