PARTAGER

Trumbo: le nouveau biopic sur Dalton Trumbo avec Bryan Cranston sortira dans les salles françaises le 27 janvier 2016.

Bryan Cranston est un immense acteur, un transformiste génial capable de rayonner dans des projets bien différents, du père de famille déjanté et dépassé de Malcolm au parrain autodidacte de Breaking Bad. C’est ce même talent qui invite désormais le spectateur à se pencher sur chacune de ses apparitions, et ce n’est pas la sortie prochaine du biopic consacré au scénariste hollywoodien Dalton Trumbo qui saurait me faire mentir: un rôle tout en charisme et en facéties comme les affectionne l’acteur, un personnage d’Hollywood haut en couleur qui devrait coller parfaitement au jeu exacerbé de Cranston. Retour sur un mythe.

La Sorcière Dalton Trumbo

Le scénariste, réalisateur et écrivain Dalton Trumbo est principalement connu pour le chef d’œuvre Johnny S’en Va En Guerre, superbe film sorti en 1971. Ce qui l’est beaucoup moins est sa carrière, et ses prises de positions politiques, notamment dans les années 1940, qui firent de lui un paria aux yeux de la société américaine. Son crime ? Une appartenance au Parti Communiste et surtout le refus de prendre part à la chasse contre les communistes, une chasse que l’Histoire a retenu sous le sobriquet de maccarthysme. Dalton Trumbo est dans les années 1930/1940 un scénariste talentueux et reconnu à Hollywood, où l’industrie du cinéma florissante compte déjà ses chouchous, tant à l’écran que derrière. En 1947, il est convoqué par la Commission des Activités Antiaméricaines (oui cela a existé) afin de participer à la grande délation contre les Rouges et dénoncer ses camarades présents dans l’industrie cinématographique. Les réponses du scénariste ne satisfaisant pas l’auditoire, il sera condamné à de la prison et surtout son nom sera inscrit sur la Liste Noire, l’empêchant officiellement de travailler pour Hollywood.

Guérilla rouge à Hollywood

C’est vraiment à partir de ce moment-là que le mythe de Dalton Trumbo prend véritablement forme: plutôt que de faire profil bas, il prend la décision de lutter avec ses armes, l’écriture et le cinéma. Peu importe la censure et les décisions de justice, la seule chose que sait faire un scénariste, c’est écrire, et c’est ce que fera Dalton Trumbo, travaillant sous des noms d’emprunt. En effet, comment Hollywood aurait-il pu se priver de l’un de ses plus brillants cerveaux ? Et comment brimer le talent ? Le résultat fut prodigieux puisque Trumbo réussit à gagner deux Oscars sous des faux noms, le premier avec Vacances Romaines en 1954 et le second avec Les Clameurs Se Sont Tues en 1957.

Du coup, en plus d’être un sympathique biopic, le film Dalton Trumbo prend un tout autre aspect, celui d’un rappel: la fameuse Chasse aux Sorcières est aujourd’hui révolue mais elle est un superbe exemple de comment la démocratie peut échouer à faire cohabiter les idées. Il en va de même avec les différences sociales, d’origines ou religieuses.

Crédit photo principale : Hilary Bronwyn Gayle / Bleecker Street