PARTAGER

C’était un moment attendu par un pays et tout le continent africain. AngoSat 1, le premier satellite de télécommunications angolais, a été lancé en orbite. Malheureusement, l’appareil a déjà cessé d’émettre et ne répond plus.

Un moment historique pour l’Afrique et l’Angola

AngoSat 1 devait être la preuve que les plus petits pays peuvent aussi construire l’Histoire spatiale et participer à l’aventure. L’appareil a décollé avec succès du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, via le lanceur ukrainien Zenit 3SLBF. C’est donc un pays, mais aussi tout un continent qui avait les yeux rivés vers le ciel.

angosat
Crédit photo : AngoSat 1 – Roscosmos space agency/AFP

Seulement voilà, à peine quelques heures après sont lancement, les contrôleurs n’ont plus reçu de signaux de télémétrie provenant de l’appareil. Une panne totalement inattendue pour les experts travaillant sur le projet, qui espèrent encore pouvoir récupérer l’appareil.

AngoSat 1 devra-t-il être déclaré « perdu » ?

Pour le moment, les ingénieurs et contrôleurs au sol tentent toujours de reprendre contact avec l’engin spatial. Chaque minute et chaque heure qui passent sont néanmoins décisives. En effet, on se rapproche indubitablement du moment où le satellite devra être déclaré comme étant définitivement « perdu ».

angosat
Crédit photo : Federico Beccari – Unsplash

Il n’y a pas encore d’explications officielles concernant les raisons de la perte de signal ni de cette soudaine panne. Cependant, un scientifique russe a expliqué que le satellite a passé trois années « au fond d’un hangar ». Ainsi, il serait possible qu’une simple usure du temps puisse expliquer un défaut important sur l’appareil.

Enfin, si AngoSat 1 est ben et bien égaré pour toujours, ce sont plusieurs centaines de millions de dollars qui seront également perdus. Mais le satellite était aussi un symbole. Né en 2009, le projet résultait d’un accord et d’une coopération entre Moscou et l’Angola. Et bien sûr, le premier appareil angolais à prendre place sur notre orbite.

Source :

Kulturegeek