PARTAGER

Les premiers « téléphones cellulaires » avaient des airs de cabines téléphoniques portables… Mais nos bons vieux modèles avaient au moins le mérité, malgré des fonctionnalités limitées, de jouir d’une belle autonomie. Aujourd’hui, nos smartphones sans cesse davantage perfectionnés et sophistiqués ont besoin de toujours plus d’énergie, si bien que les batteries sont rapidement à plat. Heureusement, l’invention de l’e-banc public pour recharger ces appareils est enfin une réalité !

Allez-vous déménager dans la Sarthe ?

Nos amis sarthois ont bien de la chance, tandis que les autres songeront peut-être à s’installer à Fresnay-sur Sarthe… Il s’agit d’une petite commune rurale du 72, dépassant à peine les 2 000 habitants. Arrosée par la Sarthe, elle se situe peu ou prou entre Alençon et Le Mans. Or, la médiathèque municipale Camille-Bardou vient de doter son parvis d’un « e-banc public » spécialement conçu pour que les badauds puissent recharger les batteries de leurs téléphones et autres appareils. Ce n’est pas une première, mais ce fait divers a le mérite de faire parler d’une infrastructure municipale qui devrait être davantage connue. Elle semble beaucoup plus efficace que les vélos-générateurs de la SNCF :

Cette belle invention high-tech a forcé le déplacement du préfet de la Sarthe, Nicolas Quillet. En effet, ce dernier a fait suivre une visite chez Eiffage d’un détour vers Fresnay. Tout cela s’est passé le mercredi 4 avril dernier. L’événement a fait parler de lui au point d’être repris dernièrement par le journal local Les Alpes mancelles. Fabienne Labrette-Ménager, maire de la commune, a été ravie de montrer son petit bijou au principal représentant de l’État dans le département.

Un concept appelé à se généraliser

Les Français les plus connectés ne pourront qu’apprécier cet e-banc public, en espérant que cette technologie se démocratisera et prendra d’assaut l’ensemble du territoire français. Mais ce n’est pas pour demain, semble-t-il ! Pourtant, cette borne de recharge très pratique et éminemment reposante permet de charger un smartphone aussi bien qu’un ordinateur portable. On est donc très loin des « bancs publics » tels que les voyait le chanteur Georges Brassens :

C’est l’entreprise Rondino, basée à Saint-Étienne dans la Loire (42), qui a fabriqué l’e-banc public de Fresnay-sur-Sarthe. Cela lui a valu le prix « Aménagement urbain » décerné lors du salon national des maires de France. La question que vous vous posez certainement est : Qui paie l’électricité ? Eh bien, l’e-banc s’alimente grâce à un panneau solaire autonome placé en hauteur et permettant de brancher deux câbles de type USB ! C’est donc un investissement municipal en vue d’améliorer le confort de vie des administrés… ou bien d’attirer des visiteurs, des touristes, des professionnels… Ce sera sans doute pour certains territoires un moyen de relancer leur attractivité auprès du grand public.

Source :

Actu.fr