PARTAGER

Après les clichés sur les animaux, voici ceux sur leurs origines

Nous avons vu dans un précédent article que le règne animal n’est pas épargné par de nombreux mythes et idées reçues. Mais ce n’est bien sûr pas le seul domaine où il existe de nombreuses croyances plus ou moins fausses. Et aujourd’hui, nous allons traiter d’un sujet très spécial, qui à lui seul créé de nombreuses affirmations fausses ou approximatives : l’évolution.

1. L’évolution, c’est la survie du plus fort !

Voilà une réplique classique que les défenseurs de la loi du plus fort aiment lancer dans une conversation. Mais c’est malheureusement faux pour eux.

L’évolution, ce n’est pas la survie du plus fort, ni même du plus apte, mais seulement des espèces adaptées à un environnement. En réalité, une espèce animale n’est pas plus forte qu’une autre si elle est placée dans un environnement qui lui est hostile. Prenons un bœuf : si sa survie est bien plus facile à garantir dans un pré où l’herbe est bien verte, il n’est évidemment pas si simple de le faire survivre au milieu du désert.

Cet exemple un peu radical permet de rappeler qu’en réalité, la survie d’une espèce dépend davantage de l’environnement et des facultés naturelles à y vivre. Et l’homme ne fait nullement figure d’exception, car nous dépendons nous aussi grandement de notre environnement, même si nous savons le modifier pour le rendre moins hostile.

2. L’homme serait le descendant du singe

Si quelque chose semble rebuter certains de nos semblables bipèdes un tantinet orgueilleux, c’est bien la question de notre rapport avec le singe. Et rien n’est plus blessant pour eux que de croire que nous aurions des ancêtres primates.

En réalité, l’homme ne descend pas du singe : l’homme est un singe ! Plus exactement un membre des Hominidés, une famille de primates regroupant également les gorilles, les chimpanzés ou encore les orangs-outans. Techniquement, ces primates sont des cousins plus ou moins éloignés de l’homme et avec qui on partage un lointain ancêtre commun vieux d’environ 8 à 9 millions d’années.

3. Nous évoluons de façon linéaire

Vous connaissez certainement cette image populaire montrant l’évolution de l’humanité partant du singe pour finir avec un homme moderne. Cette image, bien que fort sympathique, véhicule une idée fausse malgré elle sur l’évolution : sa linéarité.

En effet, elle représente une évolution graduelle et linéaire de l’homme. Mais l’évolution se déroule un peu autrement : elle est arborescente et hasardeuse, avec des ratés et n’ayant aucune direction précise. Encore une fois, la preuve repose sur notre cousinage avec d’autres grands singes comme les chimpanzés, montrant qu’il existe des ramifications très diversifiées dans le temps.

Il existe d’ailleurs une représentation schématique de l’évolution plus ou moins détaillée : l’arbre phylogénétique. Il permet de représenter l’origine commune et les séparations de tout ce qui relève du vivant, allant des premières bactéries jusqu’aux espèces animales actuelles.

Dinosaure, évolution

Crédit photo: Flickr – Mike Shaver

4. Existe-t-il un chaînon manquant ?

C’est un grand classique que les détracteurs de l’évolution aiment avancer pour expliquer qu’elle n’existe pas. Le principe est d’affirmer qu’il existe un état intermédiaire entre deux phases d’évolution d’un être vivant. Or, s’il n’existe pas de stade intermédiaire connu – le fameux chaînon manquant – il n’y a donc pas d’évolution. Cet argument sert notamment à affirmer que l’Homme serait une création divine ou même qu’il serait d’origine extraterrestre.

Sauf qu’il y a un problème : il n’existe aucun chaînon manquant. Cette théorie a depuis longtemps été réfutée, car elle s’appuyait sur cette idée fausse qui implique que l’évolution serait linéaire et ayant un sens précis. Hors, nous savons maintenant qu’il n’en est rien.

De plus, si les biologistes actuels considèrent qu’il n’existe aucun chaînon manquant, il en allait de même pour Darwin, ce dernier n’ayant jamais affirmé que l’homme soit le descendant du singe.

5. L’extinction des dinosaures aurait permis le développement des mammifères ?

C’est là une croyance véhiculée essentiellement par la culture populaire. Quand on regarde Jurassic Park, il est vrai qu’on imagine mal comment des mammifères auraient pu survivre face à des animaux aussi imposants et dangereux. Mais, il existait bel et bien des mammifères à l’époque des dinosaures.

Plus exactement, on estime leur apparition lors du Crétacé, il y a environ 140 millions d’années. Pour beaucoup, c’était des marsupiaux, mais il existait aussi des félins qui chassaient semble-t-il de petits dinosaures.

6. Les dinosaures sont-ils des reptiles ?

En fait, pas du tout ! Malgré une apparence reptilienne, les dinosaures n’ont que peu de ressemblance avec les crocodiles ou les varans. En réalité, les descendants actuels des dinosaures seraient plutôt les oiseaux, notamment à cause de squelettes comportant d’importantes similitudes et la découverte de dinosaures ayant des plumes.

De plus, les découvertes faites depuis la fin des années 70 montrent que ces animaux étaient pour certains sociaux, avec l’existence de troupeaux et de meutes, s’occupant même parfois de leurs petits et montrant une certaine intelligence.

Mais attention : dire que les oiseaux seraient donc des dinosaures contemporains serait parfaitement faux. Ils ne sont que de très lointains descendants ayant hérités de caractères similaires.

Sources : Le Monde, Hominides. Crédit photo principale : Flickr – possan