Retrouvez dans cette chronique un condensé des nouveautés et surprises qui marqueront ce mois.

Furious 7 (sortie le 03/04)


Qui l’eut crû ? Fast and Furious est devenu en l’espace de quelques années et d’une tragédie, l’un des films les plus attendus de l’année, un blockbuster grand public. Auparavant le film était le point de rassemblement de tous les allumés de tuning, un rendez-vous à la limite de la beauf attitude pour tous les “Jackys” de France et de Navarre. Cette nouvelle sortie, déjà la septième pour la franchise à succès, devrait être bien évidemment plus spectaculaire, plus rapide, plus furieux que ses prédécesseurs : remballons nos préjugés et profitons une dernière fois du visage de Paul Walker.

Daredevil (Netflix, première le 10/04)


Première série estampillée Netflix pour Marvel, Daredevil suit les exploits de Matt Murdoch, un avocat aveugle dont les autres sens se sont développés à un stade surhumain. Du Marvel dans le texte puisque l’avocat devra lutter contre le crime au cœur même du célèbre quartier Hell’s Kitchen à New York. La série se déroulera en 4 saisons de 13 épisodes, avec pour but ultime le rassemblement des Defenders, une idée plutôt alléchante, en espérant que la série soit d’un autre niveau que le film du même nom.


Lost River (sortie le 08/04)


Beaucoup lui avait promis une carrière à la Brad Pitt et je ne pense pas faire offense à l’idole de ses dames en affirmant que l’ami Ryan a choisi une voie plus ambitieuse ou en tout cas moins aisée que son aîné. Tout n’est pas encore très clair dans l’esprit de Ryan Gosling, ses dernières apparitions au cinéma comme acteur était pour le moins déconcertante tandis que ses premières réalisations demeurent toujours un mystère quant à leur signification. Ceci étant dit, je doute que les premiers films des Lynch, Malick et consorts furent acclamés unanimement. A découvrir sans préjugé.

10 Years, From Birth to Burial (sortie le 21/04)


Je ne vais pas une fois de plus vous resservir le couplet sur tous ces petits groupes sous-estimés, sous-médiatisés, la France ayant depuis bien longtemps fait le choix de la préférence nationale. Par contre j’ai beau chercher, impossible de trouver des équivalents français, voire européens à ces perles venues de l’envahisseur aux 51 étoiles. Pour ceux qui ne connaissent pas, 10 Years sévit depuis 15 années maintenant, auteur de 7 albums et toujours cette qualité irréprochable aussi bien dans les compositions, les arrangements que la production. Le modèle du rock US a encore de beaux jours devant lui.

Crédit photo principale : Marvel / Netflix