Des imprimantes 3D pourraient achever l’oeuvre de Gaudi plus vite que prévu

La Sagrada Familia, emblème de la ville de Barcelone, est peut-être l’un des plus longs projets sur la planète dont les travaux sont encore en cours. Les travaux ont commencé en 1882, au moment où Antoni Gaudi obtient son diplôme d’architecte. Gaudí possède une vision spatiale singulière, qui lui permettait de concevoir ses projets architecturaux sous une forme tridimensionnelle, contrairement à la bi-dimensionnalité du dessin sur plan de l’architecture traditionnelle. Ironie du sort, plus de cent ans plus tard, la technologie moderne de l’impression 3D va permettre à la basilique d’être enfin achevée. Il est prévu qu’elle soit terminée en 2026.

En partie à cause de sa longue durée de vie, ce projet a séduit les architectes et les designers depuis sa création. Ce qui enchante les constructeurs désormais, c’est le progrès étonnant que l’impression 3D a permis à l’équipe d’architectes actuelle de rester la plus fidèle possible à l’esprit du créateur original de la conception. Les chefs de projet ont commencé à utiliser l’impression 3D en 2001, mais la technologie a tellement évolué au cours des dernières années qu’elle est maintenant plus utile et plus précise que jamais.


Tenir la date de 2026 serait un symbole car le concepteur initial de la Sagrada Familia, Antoni Gaudi, est décédé en 1926 après avoir été renversé par un tramway.

Jordi Coll, l’architecte en chef, estime que Gaudi lui-même aurait été un grand promoteur de l’architecture imprimé en 3D. “En raison de la complexité des surfaces et des formes, travailler sur les dessins de Gaudi en 2D n’a aucun sens d’un point de vue architectural. […] la plupart de son travail était déjà conçu de façon tridimentionnelle” explique t’il au site spécialisé 3D Systems.

En raison de l’ampleur du projet, la Sagrada Familia possède son propre atelier technique qui a acquis deux imprimantes 3D pour aider à la construction. Les imprimantes sont utilisées, en grande partie, pour reconstruire des modèles 3D de l’édifice, en suivant les dessins de Gaudi. Les modèles de plâtre originaux créés d’après les dessins en 2D de Gaudi ont presque entièrement été détruits par des vandales au cours d’un incendie pendant la guerre civile espagnole, avec la plupart de ses écrits et de ses photographies. C’est à cause de cet incendie, en plus des difficultés techniques et de financement, que le chantier a été retardé pendant des décennies.

Sagrada Familia imprimante 3d

Crédit photo: Inhabitat

L’architecte Jordi Bonet, qui est le septième architecte en charge de la Sagrada familia, confiait déjà en 2010 : “Lorsqu’il y a 26 ans j’ai accepté de diriger les travaux de la Sagrada Familia, je n’aurais jamais imaginé pouvoir avancer autant en si peu de temps”.

L’application des techniques les plus modernes, tant lors de la confection des plans que lors de la construction, a accéléré les travaux de manière considérable. “Les ordinateurs nous aident énormément”, admet Jordi Bonet. L’informatique permet par exemple à l’architecte Mark Burry d’envoyer ses équations depuis la Nouvelle-Zélande jusqu’à un village de Galice. Là, une machine interprète les instructions de Burry et taille les colonnes dans le granit, au centimètre près, avant de les envoyer à Barcelone.

Dans la vidéo que vous découvrez ci-dessus, on peut découvrir les douze tours dédiées aux apôtres et son point culminant (170 mètres), représentant la tour de Jésus qui doit être édifiée en son centre. On y voit également l’ultime et impressionnante façade, destinée à devenir l’entrée principale de l’édifice.

Crédit photo principale : Flickr – Jorge Láscar