Définition de Muse en 5 chansons

L’Angleterre est un formidable vivier pour le rock, capable de secouer le monde de la musique rock à chaque instant, et ce depuis des décennies. Lorsque sort, en 1999, le premier album de Muse, intitulé Showbiz, les médias ne peuvent s’empêcher de comparer le jeune trio à leurs illustres prédécesseurs Radiohead. Aujourd’hui une telle comparaison serait quasiment impossible et plutôt grotesque, tant le groupe a su démontrer sa capacité à innover, à se réinventer au fil des albums et des singles fracassants. À l’aube de la sortie de leur septième album studio, Drones (08/06), Toolito revient sur une carrière sans faille, carrière illustrée en 5 chansons qui nous permettra de bafouiller lors de nos vieux jours : «Le rock, c’était mieux avant!».

Undisclosed Desires

Extrait de Resistance, 2009

Undisclosed Desires est une chanson vraiment à part dans le répertoire des British, une chanson d’amour fortement électronisée, avec un beat entêtant qui ne vous lâche pas d’une semelle. La chanson est a priori inspirée du roman visionnaire 1984, un titre qui montre à quel point le groupe a grandit et gagné en profondeur au fil des années. Les paroles sont comme souvent à la hauteur, en témoigne ce refrain surpuissant : «I want to reconcile the violence in your heart / I want to recognize your beauty is not just a mask».

Supremacy

Extrait de 2nd Law, 2012

Les inconditionnels de Muse ont souvent décrié l’évolution du groupe, l’envie trop forte du trio d’incorporer la tendance électro, quitte à mettre de côté la guitare. Réponse de Muse en 2012, l’album 2nd Law ouvre sur un riff massif, je dirais même MASSIF, quelque part entre Led Zeppelin et Queen. Et pour ceux qui pensaient que Matthew Bellamy ne pouvait plus emmener sa voix dans les aigus, Supremacy les renvoie simplement à leur médiocre rôle de troll de forum.

Plug in Baby

Extrait de Origin of Symetry, 2001

Le riff d’intro est très certainement le plus iconique des 20 dernières années du rock made in UK. Comme de nombreux titres du groupe, les brefs moments de répit mettent parfaitement en valeur l’explosion électrique suivante. À noter que Plug In Baby est également le premier gros succès commercial du groupe, une chanson qui fonctionne en radio et dans les stades, que demandez de plus ?

Hate This & I’ll Love You

Extrait de Showbiz, 1999

C’est mon choix comme dirait l’autre ! Sunburn aurait sûrement mérité sa place mais je lui préfère le titre final du premier album, une chanson qui selon moi prépare l’auditeur aux déferlements à suivre. L’intro de la chanson laisse suggérer une conclusion tranquille à un album plutôt bien burné, mais ça c’est avant d’entendre le groupe tout déchirer sur le refrain. Les paroles sont a posteriori fascinantes, Matthew annonçant la gloire future avec son «I’m getting strong in every way».

Stockholm Syndrome

Extrait de Origin of Symetry, 2001

Le titre le plus intense et aussi le plus «hardcore» jamais écrit par Muse, Stockholm Syndrome utilise la relation victime/bourreau comme une métaphore au dysfonctionnement relationnel. La force de cette chanson tient notamment dans son refrain, à la fois heavy as fuck, et pourtant d’une lenteur pachydermique, sans oublier ce petit piano tout discret en arrière-plan. Une chanson qu’il serait préférable de ne pas écouter sur votre ordinateur, afin d’en capter toute la richesse.

Crédit photo principale : muse-france.com