PARTAGER

Le nouvel album de Youssoupha dans le détail

Ça y est, l’autoproclamé «lyriciste bantou» nous revient en pleine forme avec un nouvel opus intitulé NGRTD, pour “négritude”. Youssoupha est désormais une valeur sûre, commercialement et musicalement, de la scène rap française, un statut notamment acquis grâce à son excellent précédent album Noir D****. Le succès n’a pourtant pas entamé la générosité du jeune rappeur, qui offre cette fois un disque hommage, à ses amis disparus, à son père, des hommages brillants lorsqu’ils sont énoncés avec talent.

Une communication bien rôdée


Avant d’arriver à ce niveau de reconnaissance, Youssoupha a connu de nombreux succès d’estime, de ceux qui donnent la force de continuer et une base de fans solide, mais l’estime ne suffit pas pour vivre. Avec Noir D****, Bakary Potter avait frappé fort, un album puissant, cohérent, aux revendications marquées et surtout une réussite commerciale; les mauvaises langues pourront toujours dire que c’est le titre Menaces de Mort et ses excès de provocation qui sont à l’origine de ce succès. Si le reste de l’album avait était nul, il est peu probable que le public aurait continué de suivre le fils du chanteur congolais Tabu Ley Rochereau.

Ne cédant pas à la facilité (n’est-ce pas Kaaris ?), Youssoupha a décidé de prendre son temps avant d’offrir un travail digne de ce nom, une exigence qui se traduit immédiatement par un constat, les singles sont beaucoup moins facile d’approche que sur le précédent opus. Moins trendy dans le fond, mais la forme reste un exemple de communication moderne.

Déjà le nom de l’album laisse penser que Youssoupha cherche à nouveau à marquer les esprits via un semblant de provoc’ sur le terme de négritude, un terme qui définit un courant de pensée emmené par Aimé Césaire et qui ne manquera pas de choquer les populations avides de conflits ethnico-idiot.

Ensuite avec le morceau Entourage où le rappeur nous invite à partager le titre selon les nouvelles règles « imposées » par les réseaux sociaux. C’est l’album, dans son ensemble, qui fait figure de projet marketing, avec l’application pour smartphone, l’exposition permettant de découvrir l’album d’un point de vue plus artistique et enfin ce morceau enregistré avec 5 featurings différents (Points Communs), une occasion idéale de faire parler de soi.

Sans qualité, le marketing n’est rien

Ben oui, on ne va pas se mentir, le meilleur des plans de com’ aurait du mal à faire vendre une bouse. Par conséquent, toute l’intelligence que Youssoupha a développé pour garder son nouveau rang de star reconnue du rap, n’a d’utilité que si l’album est innovant. Or Youssoupha sait innover, créer et étonner avec chacune de ses sorties, et il suffit de reposer une oreille sur Eternel Recommencement pour se rendre compte du chemin parcouru : la plume est toujours aussi incisive, mais le groove paraît plus assumé qu’auparavant. L’envie de représenter l’Afrique et la négritude ne semble désormais plus handicaper Youssoupha dans sa trajectoire, bien au contraire, c’est une force, un point de distinction avec les autres calibres du circuit.

NGRTD est un très bon album, largement au niveau de Noir D****, les productions sont variées (Chanson Française, Mourir Mille Fois, A Cause de Moi), les mots employés bien choisis, Youssoupha n’a rien perdu de sa grandeur, la démonstration en est faite.

Crédit photo principale : Facebook – Youssoupha