Retrouvez dans cette chronique un condensé des nouveautés et surprises qui marqueront ce mois

Jurassic World (sortie le 12/06)


La magie des effets spéciaux des précédents Jurassic Park donna à voir des dinosaures d’un réalisme encore jamais vu et de fait par la voie des monstres que nous connaissons aujourd’hui, de Pacific Rim au Hobbit. Cela fait maintenant 14 ans que les plus célèbres dinos d’Hollywood se sont éteints avec le troisième volet de la trilogie, peuvent-ils dominer le monde une nouvelle fois ? La présence de la star en devenir des films d’action Chris Pratt ainsi que celle d’un super-monstre croquant des requins comme des chips donnent déjà au film tous les gènes du blockbuster à succès.

Orange Is The New Black S03 (première le 12/06 sur Netflix)



C’est la série dont on a beaucoup parlé, plutôt en bien, en 2014, raflant de nombreux prix aux Emmy Awards, et qui s’apprête à faire son retour sur nos écrans pour une troisième saison annoncée comme plus « lumineuse » que la précédente, entendez par là, moins sombre. Les thèmes principaux sont d’ores et déjà connus, la créatrice Jenji Kohan ayant évoqué la foi et la maternité, conjugués à la folie passagère des détenues de Litchfield. Vous pouvez regarder le trailer de la nouvelle saison, fort intéressant et vous rassurer, car la série a été prolongée en vue d’une quatrième saison.

Florence + The Machine (album How Big, How Blue, How Beautiful déjà sorti)


Troisième album pour la charismatique chanteuse Florence Welch, et troisième succès ! La chanteuse a pourtant pris de nombreux risques sur ce nouvel opus, notamment en jouant la carte de l’émotion et de la sincérité. Avec neuf millions d’albums vendus, le groupe aurait pu se permettre de creuser plus profond le sillon de la facilité mais Florence a préféré raconter ce succès, les hauts, les bas, les sentiments, une ouverture sur l’humain fascinante qui contraste avec la froideur observée sur ses précédentes réalisations.

Disiz (album Rap Machine, déjà sorti)


La nouvelle galette de Disiz était prévue depuis belle lurette, il l’avait annoncé dès la sortie de Translucide, et comme prévu c’est un album qui transpire le rap. Rap Machine c’est en quelque sorte le bilan d’un rappeur, une mise en abîme de sa vie, de ses nombreuses années de carrière. Et ce que l’on peut dire c’est que le rappeur est bien avec lui-même, parfaitement libéré et cohérent. Musicalement les instrus forment un hommage aux belles années 1990, notamment au style West Coast avec la G-Funk. Ajoutez à tout cela des collaborations bien senties, avec Dj Pone, Soprano, Youssoupha et vous obtenez l’une des plus grosses sorties de ce mois, et surtout l’une des plus convaincantes.