Tout comme Facebook avec Internet.org, Alphabet (Google) ambitionne de connecter la planète à Internet, grâce au Projet Loon et ses ballons stratosphériques

Le Projet Loon d’Alphabet (ex-Google) est un plan très ambitieux visant à fournir une connectivité Internet à des régions de la planète qui ne bénéficient pas déjà d’un bon accès au web, comme au Sri Lanka par exemple. Comment? Via une immense flotte de ballons stratosphériques qui flottent dans la stratosphère à 20 kilomètres au-dessus de la surface, s’assemblant pour former un réseau de communication de haute technologie qui diffuse internet à la surface.

Et l’entreprise est d’autant plus ambitieuse, qu’Alphabet a annoncé cette semaine qu’il envisage de faire le tour de la planète avec un anneau de ballons du Projet Loon qui fournira un service de connexion perpétuel pour ceux qui vivent en dessous de sa trajectoire. Si cela ressemble à de la science-fiction, ce n’est pas un concept éthéré dont nous parlons. Alphabet dit qu’il va le faire l’année prochaine, les tests actuels fonctionnant comme prévu.

Zoom sur le Projet Loon
Le projet Loon, qui tire son nom du diminutif de “balloon”, ballon ou synonyme de “fou”, “dingue”, est un projet de Google visant à développer l’accès à l’Internet dans les zones les plus reculées de la planète. Google a lancé ce projet utilisant des ballons stratosphériques gonflés à l’hélium car deux tiers de la population mondiale n’ont toujours pas accès à une connexion rapide et bon marché. Chaque ballon, de quinze mètres de diamètre, flotte à une vingtaine de kilomètres d’altitude (deux fois plus haut qu’un avion de ligne) et peut, grâce à ses panneaux solaires, voler 187 jours, pouvant ainsi faire neuf fois le tour du monde.

Une couverture internet continue

“Nous avons besoin d’environ 300 ballons pour faire une chaîne continue à travers le monde,” a déclaré à la BBC Mike Cassidy, qui dirige le Projet Loon. “Quand un ballon se déplace avec le vent et devient hors de portée, un autre arrive pour prendre sa place. Nous espérons l’année prochaine construire notre premier anneau continu dans le monde entier, et avoir une espèce de couverture continue pour certaines régions.”

Le premier anneau encerclera une région au-dessus de l’hémisphère sud, chacun des 300 ballons fournissant une connectivité au sol dans une zone d’un diamètre de 40 kilomètres. Les ballons stratosphériques et “surpressurisés” sur lesquels Alphabet travaille ont beaucoup évolué depuis que la compagnie a annoncé l’idée du Projet Loon en 2013.

“Au départ, les ballons n’étaient prévu de durer que cinq, sept ou 10 jours. Maintenant, nous avons des ballons qui peuvent durer jusqu’à 187 jours”, a affirmé Mike Cassidy. “Nous avons également amélioré le processus de lancement. Auparavant, cela prenait 14 personnes pendant une heure ou deux pour lancer un ballon. À présent, avec une grue automatisée nous pouvons lancer un ballon toutes les 15 minutes avec deux ou trois personnes.”

Après le Sri Lanka, le Projet Loon va tester l’accès Internet en Indonésie

La connectivité au sol fournie par le Projet Loon a également été considérablement rehaussée. Le service fournissait à l’origine une connexion qui s’apparentait aux réseaux cellulaires 3G, mais maintenant les ballons peuvent fournir une connexion à une vitesse allant jusqu’à 10 mégabits par seconde, soit l’équivalent d’une connexion 4G dans de nombreuses parties du monde.

Mike Cassidy dit que si tout va bien avec l’anneau de 300 ballons, le Projet Loon va alors commencer son déploiement aux premiers clients commerciaux, y compris le Sri Lanka donc, qui a signé pour le service en juillet, et l’Indonésie, grâce à un accord annoncé cette semaine avec trois des fournisseurs de réseaux mobiles du pays.

Projet Loon, Indonesie

Crédit photo: Project Loon via Google+

Étant donné que deux tiers du monde ne disposent toujours pas d’un accès Internet, nous imaginons qu’il y aura une longue lignée de clients internationaux qui vont espérer que le Projet Loon soit un succès.