Facebook se rêve aussi en acteur de la sécurité mondiale en proposant son service “Safety Check”, qui vient encore d’être déployé au Nigéria.

Le monde est en guerre contre le terrorisme et aucun continent n’est épargné. L’Afrique qui fait partie des zones les plus touchées lutte contre la secte islamique Boko Haram depuis plusieurs années déjà et un nouvel attentat vient de secouer le pays. Comme à Paris il y a quelques jours, le réseau social de Mark Zuckerberg a déployé son système “Safety Check” afin de rassurer les proches vivant dans les zones à risque.

À lire aussi : Pourquoi Facebook a activé SafetyCheck à Paris et pas à Beyrouth

Origine du Safety Check

Proposé pendant et après l’attentat à la bombe dont ont été victimes les populations du nord du pays hier soir, “Safety Check” était à l’origine proposé pour les tremblements de terre, mais Facebook a récemment annoncé l’utiliser de manière plus fréquentes pour davantage d’événements, et notamment les attentats.

Ce service d’urgence permet aux utilisateurs situés dans une zone en danger de signaler à leurs proches qu’ils sont en sécurité. Le but caché ou non avoué est de rassurer les proches qui sont amis sur le réseau social. C’est un moyen rapide d’alerter tout le monde en même temps et minimiser les vents de panique.

Safety Check au Nigeria

En ce qui concerne l’attentat à la bombe qui a eu lieu au Nigeria, il s’est déroulé hier tard dans la soirée dans la ville de Yola, dans le nord-est du pays.

D’après la Croix-Rouge fortement représentée, on dénombrerait plus de 30 morts et environ 80 blessés.