PARTAGER

La famille d’Ahmed Mohamed, l’adolescent arrêté pour avoir amené son horloge qui a été prise pour une bombe à son école, demande beaucoup d’argent à la ville d’Irving.

La famille de Ahmed Mohamed, l’adolescent qui avait été arrêté au Texas en septembre pour avoir amené une horloge artisanale à l’école qui avait été prise pour une bombe, poursuit actuellement la ville d’Irving et l’Irving School District pour 15 millions de dollars. À la suite de cette affaire qui avait fait grand bruit à l’époque (l’élève avait été menotté), Barack Obama et Mark Zuckerberg avaient invité le jeune Ahmed et son horloge dans leurs bureaux respectifs. Dans le même temps, des conspirationnistes avaient tenté de prouver que cette histoire était totalement fausse.

Dans la lettre de demande déposée à la ville de Irving, les avocats de la famille ont écrit que « Ahmed avait été traité comme s’il n’avait pas de droits du tout, en dépit de sa citoyenneté américaine, » affirmant qu’il « était clairement montré du doigt en raison de sa race, de son origine et de sa religion. » Avec une note de sarcasme, les avocats écrivent que Mohamed s’est vu refuser les droits fondamentaux qui devraient être accordés même aux citoyens américains avec des « noms à consonance musulmane ». »

Menacée, sa famille migre au Qatar

Écrivant à l’école, les avocats ont également énuméré quelques-unes des conséquences que le malheureux épisode a eu sur la vie de l’enfant, en particulier l’exposition publique de son nom, son image et ses informations personnelles. Dans la lettre (en anglais), les avocats énumèrent les faits survenus après que le jeune homme se soit fait arrêté à son école.

Ajoutant à cela des coûts plus calculables, tels que les frais d’enseignement privés pour Mohamed et ses frères et sœurs, les avocats ont demandé 10 millions de dollars à la municipalité et 5 millions de dollars à l’école. En outre, ils ont demandé des excuses écrites du maire et du chef de la police à Mohamed, dont la famille, quant à elle, a récemment annoncé sa décision de déménager au Qatar. Elle avait reçu des emails de menace, et l’adresse de son domicile avait été révélée.

Tout en reconnaissant que l’indemnité demandée est importante, les avocats pensent que « les dommages causés contre ce jeune homme et sa famille sont incalculables. »