Les cinq meilleurs films de Quentin Tarantino

Quentin Tarantino est un réalisateur au cœur de l’actualité en ce début d’année 2016, son dernier film The Hateful Eight (Les Huit Salopards) squattant en ce moment même une bonne partie des salles obscures de l’Hexagone. Alors que les avis divergent sur cette dernière production, le talent du réalisateur américain est quant à lui indéniable. Depuis ses débuts avec l’excellent Reservoir Dogs, Quentin Tarantino n’a cessé de se créer son propre univers fait de références cinématographiques, de litres de sang et de personnages au verbe bien trempé. Sa carrière est constamment acclamée, chaque sortie devient un événement en soi, l’occasion pour nous de jeter un œil en arrière et voir quels films ont forgé la légende.

Pulp Fiction, 1994

Comment ne pas mentionner Pulp Fiction, le film qui a placé immédiatement Quentin Tarantino au rang de figure majeure du cinéma ? Comment ne pas voir le côté révolutionnaire de ce film, toujours aussi plaisant et novateur 22 ans plus tard ? Peu importe le nombre de fois que vous avez vu Pulp Fiction, les dialogues sont toujours aussi explosifs, Travolta toujours aussi intenable et les rebondissements toujours autant surprenants. À voir… encore une fois.

Inglourious Basterds, 2009

Là, pour le coup, on ne s’attendait pas trop à un film de guerre de la part de Tarantino, et pourtant, c’est chose faite en 2009 avec le surprenant et jouissif Inglourious Basterds. L’Histoire n’est pas vraiment au centre des préoccupations, puisqu’il s’agit là de la réécrire, de donner à voir une revanche fantaisiste sur les Nazis. À noter la performance XXL de Christoph Waltz dans le rôle du colonel SS, un personnage qui réussit l’exploit de voler la vedette du film.

Reservoir Dogs, 1992

C’est donc le premier film de Quentin Tarantino en tant que réalisateur, un essai qui devient rapidement culte, avec un nombre incroyable de scènes mémorables. Et seulement avec ce film Tarantino allait poser les bases de son style: des personnages psychotiques, bloqués dans la même pièce qui envoient des monologues fleuris avant de s’engager dans la voie de la violence. La vérité est que ce style est vraiment jubilatoire.

Django Unchained, 2012

Beaucoup de choses à dire sur le superbe Django Unchained, avant-dernier film en date de Tarantino. C’est d’abord un film qui traite de l’esclavage et des différentes formes d’asservissement comme nul autre. Ensuite c’est un moyen pour le réalisateur de réinventer le western spaghetti, en lui insufflant le cocktail tarantinien. Enfin, le film compte une ribambelle d’acteurs charismatiques avec Jamie Foxx aux côtés de Di Caprio, Samuel L. Jackson et Christoph Waltz.

Kill Bill : Vol 1 & 2, 2003/2004

Volume 1, Volume 2, le choix était beaucoup trop difficile, n’en déplaisent à ceux qui persistent à penser que le 2 est “beaucoup mieux”. Le truc sur Kill Bill est qu’il s’agit avant tout d’un seul film, divisé en deux pour faciliter la digestion aux spectateurs. Après une période gangster (Reservoir Dogs, Pulp Fiction, Jackie Brown), Tarantino s’attaque aux arts martiaux à travers deux films à l’esthétique irréprochable, deux films qui pourraient être le testament du réalisateur.

Crédit photo principale : Wikimedia – Georges Biard

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here