PARTAGER

Le réseau Wi-Fi à bord des trains SNCF n’est plus d’actualité en 2016, et est reporté à une date ultérieure !

Arguant toutes sortes de slogans et publicités vantant l’arrivée prochaine du Wi-Fi à bord de ses trains par le biais de son président Guillaume Pepy, la Société Nationale des Chemins de Fer (SNCF) fait finalement volte-face et renvoie à plus tard l’arrivée d’internet haut-débit à bord de ses navettes de voyage ferroviaire.

Nouveau départ annoncé pour 2017

On va mettre en œuvre des systèmes dans les trains pour permettre d’avoir le Wi-Fi en commençant par les trains à grande vitesse. En 2017 vous allez commencer à avoir ça. – Barbara Dalibard, directrice de SNCF Voyageurs –

Voilà en substance les propos tenus par la direction générale de SNCF Voyageurs, qui annonce le lancement du Wi-Fi à bord des trains voyageurs, pour fin 2017. C’est dans le cadre d’une interview accordée par Barbara Dalibard à invitée sur BFM Business, que la Directrice Générale de SNCF Voyageurs a annoncé la nouvelle, tombée tel un couperet à l’heure où les voyageurs s’attendaient à un lancement progressif sur le réseau ferré des bornes à haut-débit.

Un départ flingué par des soucis techniques

Même pour un pays tel que la France, il subsiste encore quelques zones blanches, entendez des territoires non couverts par le réseau. Le train passant par ces zones pour rallier les gares desservies, il était impératif de trouver un terrain d’entente avec les opérateurs locaux, “pour avoir suffisamment de couverture pour permettre que le WiFi marche bien”. Faute d’un accord trouvé à temps, la société préfère prendre les garde-fous et repousse le lancement de la norme dans ses trains à fin 2017.

L’utilisation du Wi-Fi est sujet à de nombreuses contraintes, surtout pour un train lancé à 300 km/h, voire parfois plus. Ainsi, la firme d’après PhoneAndroid, compte s’appuyer sur les infrastructures 4G de ses opérateurs partenaires placées sur le trajet de ses trains et TGV, afin de permettre aux utilisateurs d’en profiter au maximum durant leur voyage. C’est déjà ce qui se fait sous le tunnel de la Manche entre Paris et Londres, à la suite d’un accord entre la SNCF et Bouygues Telecom.

Crédit photo principale : Wikimedia – Alaric Favier