PARTAGER

Les ventes de smartphones ont fortement stagné fin 2015 !

Loin sont les trimestres de croissance à deux chiffres pour les fabricants de smartphones, quelle que soit leur origine. Outre les deux ténors Apple et Samsung, qui malgré une constance dans les ventes de leurs terminaux en 2015 ont réussi à sortir une fois de plus du lot, accrochés par des outsiders de plus en plus agressifs que sont Huawei ou Xiaomi et Lenovo, le marché des smartphones va mal et a fortement ralenti à la fin de l’année 2015.

Un nouveau record qui cache bien des problèmes

En 2015, plus d’1,4 milliard de smartphones ont été vendus, toutes marques et tous systèmes d’exploitation confondus. Si pour pas mal de marques l’année n’a pas été de tout repos, c’est surtout dû à l’essoufflement de certains marchés porteurs, notamment la Chine et les États-Unis.

Selon Le Figaro qui reprend les informations mises à disposition par l’IDC, le nombre de smartphones vendus en 2015 a été 10,1% supérieur par rapport à l’année précédente. Nonobstant ce fait, le dernier trimestre a été marqué par une croissance au ralenti et estimée à 5,7%, puisque 399,5 millions de smartphones vendus, contre 377,8 millions durant la même période en 2014.

Des résultats à forte incidence pour la notoriété

Malgré les résultats moroses publiés par l’IDC, le classement officiel des plus gros vendeurs reste inchangé. Outre les habituels Samsung qui occupe la première place avec 21,4% de parts de marché et ayant écoulé 85,6 millions d’unités ou Apple qui occupe toujours la seconde place avec 18,7% du marché et dont 74,8 millions d’iPhone ont été vendus au cours de dernier trimestre 2015, les grandes marques sont en grandes difficultés. En effet, LG, Sony, HTC ou même Motorola et BlackBerry ne figurent même plus dans le Top 5.

Remplacés par Huawei, le bon troisième mondial qui détient 8,1% de parts de marché avec 32,4 millions de smartphones écoulés au Q4 2015, et Lenovo et Xiaomi, qui représentent respectivement 5,1% et 4,6% de parts de marché.

Crédit photo principale : Wikimedia – Marc Müller