PARTAGER

Firefox OS, le système d’exploitation mobile de Mozilla, n’est plus !

Fière incursion de la fondation Mozilla dans l’univers des systèmes d’exploitation mobile, Firefox OS est sur le point de tirer sa révérence par la petite porte. N’ayant jamais réellement décollé, le système est devenu dans le temps un gouffre financier, justifiant outre sa faible pénétration dans le marché, son abandon.

Un système apprécié mais mal vendu

Prenez Apple, Samsung ou Lenovo et Huawei. Toutes ces compagnies ont en commun outre le fait de caracoler à des sommets en termes d’équipements écoulés, celui de jouir d’une excellente branche marketing qui fait tout pour rendre encore plus attractifs leurs produits auprès des consommateurs.

Fonctionnant sur un modèle Open Source et vivant par le biais de dons et de dotations financières participatives, la fondation Mozilla a semble-t-il eu les yeux plus gros que le ventre et le paie aujourd’hui. Fiasco médiatique et même technologique, la fondation Mozilla annonçait il y a peu mettre un terme au support développeur pour son système d’exploitation mobile, laissant ses utilisateurs à la merci des pirates et hackers. Dans le même ordre d’idées, la fondation fait également savoir qu’elle fermera les soumissions d’applications sur son Store d’applications dès le premier trimestre de l’année 2017.

Un concept loin d’être bancale

À y voir de plus près, ce n’est pas tant Firefox OS qui était mauvais ou encore sa politique marketing. En effet, principalement tournée vers les marchés émergents, le système de Mozilla entendait permettre aux habitants de pays où le terme smartphone ne signifie encore rien, notamment en Asie du Sud-Est et en Afrique subsaharienne, d’entrer en possession de téléphones intelligents et de rattraper quelque peu leur retard technologique. Mais hélas, le système n’a pas su imprimer la bonne démarche.

Se heurtant au puissant et presque insurmontable Android qui balaie tout sur son passage, le système mobile au Panda Roux s’est cassé la gueule. N’étant embarqué que sur des smartphones dotés de spécifications techniques moyenâgeuses et aux prix relativement prohibitifs, elle n’a pas su faire le poids contre les Wiko, Archos ou Huawei et Xiaomi, proposant pour des tarifs relativement abordables désormais (même pour ces populations) des smartphones alliant à la fois élégance et finitions exemplaires, et fonctionnalités (apportées par Android).