PARTAGER

Les hôpitaux se voient eux aussi désormais touchés par les piratages informatiques pour le malheur des patients.

Internet est omniprésent dans nos vies à tel point qu’il est désormais devenu quasiment impossible de faire fonctionner un hôpital correctement lorsqu’une panne ou un piratage surviennent. C’est cette mésaventure qu’a vécu un hôpital américain, dont les activités ont été stoppées net par des hackers, ou pirates informatiques, de type “ransomware”.

C’est quoi le “ransomware” ?

Tout ce qui suit est purement indiqué pour vous informer quant au pourquoi du comment en ce qui concerne les ransomware. Toolito n’est aucunement responsable de l’usage que vous ferez de ce que vous lirez. En effet, devenus monnaie courante, les ransomware sont des formes nouvelles de piratages informatiques visant les entreprises ou les institutions générant plus ou moins de revenus et dont l’optique est d’extorquer de l’argent.

Pour arriver à ce résultat, le pirate use d’un type de virus informatique qui chiffre les données contenues sur un disque dur et les rend illisibles à leur propriétaire comme le fait si bien remarquer Le Figaro. À la suite du piratage le propriétaire devra s’acquitter d’une rançon pour rentrer en possession de ses données.

Oui, mais un hôpital ?

En effet, le fait est assez rare et suffisamment grave pour attirer l’attention des uns et des autres. Aux États-Unis, un hôpital californien de Los Angeles, le Hollywood Presbyterian Medical Center est victime depuis une semaine d’un ransomware, qui a obligé celui-ci à renvoyer vers d’autres établissements de santé un peu plus de 900 patients, et à réinventer les habitudes quotidiennes des employés de l’établissement touché, notamment en prenant désormais toutes leurs notes sur papier, rapporte NBC Los Angeles.

Dans le cas de cet hôpital américain rendu depuis 7 jours à l’ère pré-informatique, les pirates ont exigé une rançon de 3,4 millions de dollars, soit l’équivalent de 9000 bitcoins (une monnaie virtuelle), livrés en bitcoins avant de restituer les données dérobées. Essentiellement les informations dérobées ou chiffrées sont des données personnelles des patients, les dossiers médicaux, les résultats d’examens, les comptes-rendu d’opérations et même des données encore plus sensibles telles que celles relatives aux activités de recherche médicale de l’hôpital et celles de sa comptabilité.

L’hôpital obligé de verser une rançon

Finalement, l’hôpital de Los Angeles s’est est bien sorti dans cette affaire. Il a été dans l’obligation de verser une rançon de 17.000 dollars aux hackers afin de pouvoir reprendre le contrôle de son système informatique.

Où va-t-on à ce rythme ?

Cet incident a le fâcheux inconvénient (pour l’hôpital, mais instructif pour les autres parties) de soulever la question de la ruée vers le tout numérique dans laquelle nous engouffrent les firmes américaines dont nous ne citerons plus les noms… Hello Google. Dans une société ou presque tout tend à être stocké en ligne ou sur des disques durs facilement piratables, ce type de mésaventure a le don de faire regretter l’époque où les informations sensibles étaient couchées sur du papier et scellées sous clé.

Si une enquête a d’ores et déjà été lancée par le FBI, épaulé par les équipes de la Police de Los Angeles spécialisées dans le crime numérique, et que des résultats devraient bientôt être disponibles, on déplore tout de même le fait que des Hommes non en santé soient visés par des pirates, toujours appâtés par le gain.

Crédit photo principale : Wikimedia – Junkyardsparkle