PARTAGER

À peine 60 % du territoire français dispose d’une très bonne couverture de téléphonie mobile, selon les analyses de l’ARCEP dont le but était de montrer quel opérateur de téléphonie mobile offrait le meilleur signal. Bouygues Telecom, Orange, SFR et Free Mobile prétendent couvrir respectivement 90 % et 98 %, 91 % et 80 % du pays. La réalité du terrain est loin du compte.

Les consommateurs seraient trompés par les opérateurs ?

l’ARCEP(Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a décidé de faire tomber les masques en mettant à la disposition de toute la population les données de chaque opérateur. Si vous n’êtes pas en métropole, impossible d’avoir les quatre barres du réseau en permanence.

Pixabay

Les zones reculées ont été, sans surprise, les endroits les plus mal couverts, avec des conversations susceptibles d’être interrompues dans des régions telles que la Nièvre et la Provence. Le Monde a admis que, compte tenu de certaines réalités géographiques, Orange et Free Mobile couvrent seulement 90 % de la population, 87 % pour SFR et 85 % pour Bouygues Telecom.

L’État tape le point sur la table !

Le gouvernement est clair : la France doit avoir une couverture mobile de bonne qualité d’ici 2020. Bien entendu, ce sont les opérateurs qui s’occupent du déploiement du réseau. Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’État chargé du Numérique a affirmé que L’Etat pouvait attribuer des fréquences aux opérateurs, mais sous certaines conditions.

Des propos du secrétaire d’État chargé du Numérique sur RTL :

À eux quatre, les opérateurs avaient déboursés 3,6 milliards d’euros en 2011 et 2,8 milliards d’euros en 2015 pour le renouvellement des fréquences de téléphonie mobile. En tenant compte que certaines zones en France ne sont pas rentables pour les opérateurs, il est clair que ces derniers soient confrontés à un nouveau et coûteux système d’enchère.

Source : Kulturegeek