PARTAGER

Le Transparency Report de Google annonce que les sites sécurisés HTTPS ne sont plus singuliers, mais sont bel et bien devenus la norme. Ce-ci fait réponse à une politique collective en matière de sécurité sur Internet.

Le trafic web gagne constamment en sécurité

Le nombre de connexions en HTTPS s’accroît sensiblement et continuellement. Ce sont principalement Google et Mozilla qui mènent une promotion active d’un web sécurisé, via le chiffrement du protocole HTTPS. Google a mis en place dans Chrome, depuis un an, un système qui alerte l’internaute lorsqu’il tente de se connecter à un site web non sécurisé par le protocole. Présent à l’origine uniquement sur les sites susceptibles de demander des coordonnées bancaires ou un mot de passe, le système de surveillance s’étend désormais à toutes les pages HTTP qui requièrent des données ainsi que toutes celles ouvertes en navigation privées.

HTTPS
Geralt – Pixabay

Une progression considérable des parts de sites HTTPS

Les résultats de cette politique de surveillance et de sécurisation des sites web se sont rapidement fait sentir. À l’heure actuelle, la grande majorité des sites web, partout dans le monde, propose cette connexion sécurisée à ses visiteurs. Sur Chrome, le navigateur du géant Google, ce n’est pas moins de 75 % de la navigation qui s’effectue sur des sites sécurisés. D’après la firme basée à Mountain View, 64 % du trafic généré sur Android est également protégé, contre seulement 42 % il y a un an. Par ailleurs, 71 des 100 sites internet les plus visités au monde proposent ce protocole de chiffrement HTTPS. C’est à peu près le double d’il y a un an.

Une lutte commune pour un enjeu de taille

Cette lutte pour la sécurisation du web progresse rapidement, mais elle demande encore des efforts communs. Aujourd’hui, Google réalise une tâche imposante et longue, qui consiste à chiffrer les connexions vers l’ensemble de ses services. Les autres grands acteurs du web mettent également le cœur à l’ouvrage. Facebook et Apple ont fait de ce chiffrement de protocole HTTPS une norme par défaut. Le premier l’applique à l’ensemble des pages de ses utilisateurs. Pour le géant à la pomme, c’est ses applications qui sont toutes chiffrées. Ces connexions sécurisées n’empêchent pas un éventuel pirate de connaître les sites que vous visitez. Néanmoins, elles l’empêchent de savoir ce que vous y faites. Il est donc nécessaire pour les internautes de prêter attention aux sites qu’ils visitent et à leurs niveaux de sécurité.

Source :

Begeek, 01Net