PARTAGER

Ce petit royaume du Golfe bénéficie d’une économie en plein développement mais aussi en pleine transition. Dans le cadre du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), il apparait comme le bon élève, notamment premier au classement pour sa politique fiscale. Au niveau mondial, le pays pointe à la 29e place à l’indice de développement des technologies de l’information et de la communication, à la 8ème dans la facilité d’accès à un emprunt et à la 18e place en ce qui concerne la liberté économique (il est le seul pays de la région dans le top 20). Là-bas le gouvernement est à l’offensive quand il s’agit d’agir pour l’expansion de l’offre de e-services et contre les lourdeurs administratives (en janvier 2017, il a mis en place une solution de paiement en ligne pour les douanes). Le Bahreïn joue à fond la carte de la modernité et de la technologie en organisant à nouveau sa Startups Week. L’édition 2018 se déroule cette fois-ci en mars.

Le pays apparait de plus en plus comme un véritable hub de Startups de niveau international. Selon une enquête de Ernst & Young, 70 % jeunes du pays sont intéressés par l’idée de lancer leur propre affaire, soit deux fois plus que dans le reste du Golfe. Khalid Al Rumaihi, directeur général du Bahrain Economic Development Board souligne cet entrain du pays pour les startups « qui jouent un rôle crucial en conduisant cette transformation [vers une économie digitale]. « Au Bahreïn, nous travaillons durement à la mise en place d’un écosystème favorable qui encouragera les innovations dont a besoin la région. Des évènements comme la Startups Week 2018 sont des plateformes importantes pour discuter des tendances dans l’industrie et pour partager les dernières nouveautés, les solutions et les services qui vont soutenir la croissance économique à long terme » affirme-t-il ainsi.

Le think-tank Thinkers & Doers organise le 6 mars une journée complète d’échanges intitulée « Boosting the startups ecosystem : a hub for Entrepreneurs and Investors » aux côtés d’acteurs publics et privés bahreïniens (le Bahrain Economic Development Board et Tamkeen, une organisation qui participe au développement du secteur privé dans le royaume). Le cycle de conférence traitera de nombreux sujets. Le matin, les participants échangeront autour du futur économique du pays et des conditions de son développement (une partie de la matinée sera consacrée aux nécessaires lois et réformes à mettre en place pour favoriser le busines). Un échange autour des possibilités liées à la mise en place d’une Silicon Valley à l’échelle de la région aura ensuite lieu avant des conférences sur l’importance d’intégrer les cultures business locales et sur l’état du B2B dans le Golfe. La journée se conclura sur un échange autour de l’IOT et sur le devenir de l’e-commerce dans la région.

Pour Khalid Al Rumaihi, « supporter le secteur des startups est une préoccupation première pour l’EDB, tant elles encouragent la croissance, accélèrent la diversification de l’économie et créent de l’emploi. Aujourd’hui, le Bahreïn propose un écosystème intégré pour l’entreprenariat centré sur la tech’, afin de permettre aux startups de grandir et de se développer rapidement. Cet évènement important, basé sur une série d’initiatives qui continuent de renforcer la position du Bahreïn comme le hub idéal dans la région pour les entrepreneurs, offrant un environnement attractif qui fournit des avantages compétitifs pour se développer dans ce secteur dynamique ».