PARTAGER

Les analystes nous promettent l’essor des robotaxis pour les années à venir. Les grands constructeurs automobiles – comme Audi, Tesla, Volvo ou Volkswagen – s’intéressent de près aux voitures autonomes, de même que les géants de l’informatique que sont Google et Apple, entre autres noms célèbres. Malheureusement, un fait divers malheureux vient entacher la réputation de ces véhicules futuristes…

Fauchée, la piétonne décède à l’hôpital

Les faits ont eu lieu aux États-Unis, pays semble-t-il à la pointe en matière de voitures autonomes par la législation de plusieurs de ses États fédérés et son grand nombre de multinationales aussi puissantes qu’inventives. Le drame s’est plus précisément déroulé dans la ville de Tempe (banlieue de Phoenix), en Arizona, le lundi 19 mars 2018. Découvrez, à l’aide d’une vidéo, l’un des appareils autonomes utilisés par Uber :

Au cœur de l’affaire, nous trouvons une voiture autonome Volvo détenue par la firme Uber. Cette dernière entreprise a d’ailleurs été franche, évoquant la tragédie dans un communiqué de presse officiel. Elle a profité de ce support de communication pour annoncer sa collaboration en bonne entente avec les services de police. Même si un opérateur se trouvait derrière le volant, sur le siège conducteur, l’automobile était en mode autonome au moment de l’incident. L’homme embarqué par sécurité n’a cependant rien pu faire de probant pour éviter la collision frontale à une vitesse estimée aux alentours de 65 km/h… Sa responsabilité et son rôle seront étudiés par les enquêteurs. Une piétonne qui traversait avec son vélo en dehors de tout passage clouté a été fauchée. Aussitôt transférée vers les urgences de l’hôpital le plus proche, la victime de 49 ans est rapidement décédée. Les circonstances de l’accident n’ont pas été davantage décrites ou développées.

Quelles conséquences après cet accident mortel ?

La première implication du drame mortel qu’a vécu cette municipalité de plus de 160 000 habitants concerne la stratégie d’Uber. La célèbre entreprise principalement dédiée à la location avec chauffeur aurait, d’après plusieurs médias nord-américains, sur-le-champ décidé de stopper la circulation de toutes ses voitures autonomes. Celles-ci étaient jusque-là visibles à Tempe… mais aussi à Phoenix, San Francisco et Pittsburgh. À l’étranger, seule la ville canadienne de Toronto était concernée. L’information a été particulièrement médiatisée, comme sur BFM TV :

Pour Uber, cet accident va nécessairement marquer un coup d’arrêt dans son projet de location de véhicules autonomes. Ses concurrents pourront en profiter pour se démarquer en améliorant le volet sécurité de la conduite autonome. Malheureusement, l’incident de Tempe risque de rendre les populations plus réticentes à l’égard de ces technologies. L’enquête a déjà établi que l’auto n’avait même pas ralenti. Des cas de vandalisme contre des automobiles autonomes ont déjà été enregistrés aux États-Unis, mais ils risquent de se multiplier. Un autre risque est législatif. En effet, peu d’États autorisent sur leurs routes ces véhicules peu communs. Avec de telles actualités, ils pourraient être tentés de faire marche arrière, tandis que les pays se penchant sur une possible légalisation risquent d’être refroidis. Et on le comprend. Désormais, les concepteurs de robotaxis n’auront plus droit à la moindre erreur.

Source :

Notre temps