Dans ce billet Tech’ en bre, nous reviendrons sur deux des actualités phares qui marquent ce début de semaine. Soit d’une part la marginalisation de Huawei par les marques et géants américains de la tech, ou l’alliance pour le meilleur et le pire entre Microsoft et le réseau social français respectueux de la vie privée Qwant.

Huawei et les États-Unis, c’est quasiment fini

Huawei est dans une mauvaise passe depuis le début de l’année. L’administration américaine resserre en effet l’étau autour de la marque chinoise désormais second vendeur de smartphones du monde.

La dernière salve de mesures à l’encontre de Huawei contraint notamment Intel le fabricant de puces électroniques dont les processeurs Pentium et Core, de même que Qualcomm et Broadcom tous deux fabricants de modems nomades ou embarqués, à se désolidariser de l’équipementier électronique chinois.

Intel, Broadcom et Qualcomm – Crédits photo : TechGuru

Les trois entreprises ont en effet décidé pour éviter des représailles de l’administration Trump, de ne plus fournir leurs puces à Huawei. Et ce jusqu’à nouvel ordre. Cette mesure est rude à encaisser pour Huawei qui se fournit en modems chez Broadcom, et en processeurs pour ses serveurs et ordinateurs chez Intel.

Les smartphones Huawei ne sont cependant pas impactés par cette mesure, puisque Huawei possède un filiale maison qui produit les processeurs HiSilicon Kirin qui animent la quasi-totalité de la gamme du fabricant depuis 3 ans désormais.

Qwant et Microsoft s’aiment et le crient haut et fort

Microsoft l’éditeur de solutions logicielles et Qwant le moteur de recherche respectueux de la vie privée de ses utilisateurs ont signé un accord de partenariat qui les lie désormais sur le plan des infrastructures.

Microsoft et Qwant – Crédits photo : TechGuru

En effet, Qwant usera des serveurs de Microsoft Azure réputés pour leur fiabilité et leur puissance de calcul pour booster les performances de son infrastructure.