Google est résolument décidé à en finir avec l’excès de publicité sur son système d’exploitation pour mobiles, Android. En effet, ce dernier est connu pour être un capharnaüm à pub en tous genres. Plus spécifiquement les terminaux chinois commercialisés à prix cassés, et qui compensent par le biais de la publicité. 85 applications viennent d’être retirées du PlayStore pour cela.

Le Play Store reçoit un coup de balai

Le Google Play Store est la seconde plateforme de téléchargement d’applications la plus utilisée et rentable au monde, juste après l’App Store d’Apple. Malheureusement, si le Play Store se veut avant tout être le temple des applications de l’écosystème Android, il n’en demeure pas moins qu’il y pullule des dizaines de milliers d’applications qui une fois installées, bardent de publicités l’interface des smartphones dans lesquels ils sont exécutés.

En effet, comme évoqué en préambule les smartphones fabriqués par des marques chinoises et commercialisés à prix cassés sont certes très avantageux côté tarifs, mais une fois mis en sous tension et connectés à Internet, c’est un dédale de publicités qui leur est offert. Cette publicité ciblée y est placée afin de compenser dans une moindre mesure le prix catholique auquel ces smartphones sont commercialisés.

Un Galaxy S9 Plus avec le volet de applications installées ouvert – Crédits photo : Max Pixel

Cependant, ce qui semblait n’être qu’une source supplémentaire de revenus a été adopté par la grande majorité des constructeurs chinois comme une norme. Au point où même des terminaux vendus hors de prix et dont nous tairons les noms, se voient affabulés de publicité. En cause, des applications spécialisées dans ce dessein. Google suite a ce constat a décidé de réagir en bannissant 85 de ces applications pub.

Un malware probablement associé à cette découverte

A mesure que les versions s’ajoutent, Android devient plus sécurisé et les autorisations déléguées aux applications moins nombreuses. Du coup, depuis sa version 7.0 il faut quasiment la permission de l’utilisateur pour tout faire. Or pour afficher de la publicité en avant plan les applications avaient besoin de ces autorisations, comme explique Trend Micro, une société informatique spécialisée dans la sécurité.

Du coup, il se pourrait que ces applications bannies soient associées à un malware, qui forçait les barrières de sécurité d’Android afin d’assurer une place de choix aux pubs.

Source :

KultureGeek

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here