PARTAGER

Le développement international d’Uber se heurte à une forte résistance dans certains pays

Uber, l’application qui fait concurrence aux taxis a reçu cette semaine quelques mauvaises nouvelles. En effet, à Madrid, un juge à déclaré vouloir faire cesser toutes les activités d’Uber du fait que les conducteurs ne sont pas enregistrés et qu’ils sont donc une concurrence déloyale pour les taxis traditionnels. Ce jugement fait suite à une plainte de l’association des taxis de Madrid qui se base sur la loi espagnole pour déclarer l’application illégale.

En Thaïlande, les autorités sont arrivées à la même conclusion, jugeant que les conducteurs Uber, sans licence et non-enregistrés sont hors la loi. Uber s’est vu demandé la cessation de ses activités en Thaïlande, jusqu’à ce qu’elle régularise sa situation, c’est à dire qu’elle emploie des conducteurs possédant une licence.

En Inde, c’est à New Delhi que le problème a surgit cette semaine après le viol d’une femme passagère d’un chauffeur utilisant Uber. L’ampleur médiatique du sujet a poussé tout le pays a demander l’interdiction de l’application californienne.

Les mesures prises par certains gouvernements sont les dernières en date contre les pratiques d’Uber qui met sérieusement en péril l’économie des compagnies de taxis traditionnelles en faisant de chaque citoyen possédant une voiture, un concurrent potentiel pour les taxis.

Bien sûr, ces jugements ne sont pas définitifs et nul doute que la société américaine trouvera des moyens de contourner ces interdictions sur le long terme. En attendant, Uber doit continuer à encaisser les velléités des gouvernements dans le monde qui n’apprécient pas trop que l’on vienne casser un marché lucratif et bien régulé.

Sources: TheVerge

Et vous? Que pensez-vous d’Uber?