PARTAGER

Les actus, les coups de cœur, les découvertes, les goûts personnels, c’est un peu tout ça une playlist.

Jaga Jazzist, Starfire


Le groupe de jazz expérimental norvégien Jaga Jazzist nous revient avec un nouvel album bien barré Starfire, un album qui oscille entre la dangerosité du rock et la méticulosité du jazz. Car ce qui était vrai en 1920 l’est toujours : le jazz a besoin de cette sensation de chaos, de tension qui mène les compositions aux frontières de l’implosion.

Of Monster And Men, Crystals


Of Monster And Men aime son pays natal l’Islande, et cela s’entend : le groupe continue de défendre son pays en développant une forte imagerie sur les créatures, les tempêtes, et l’eau, omniprésente. Avec ce nouvel album Beneath The Skin, le groupe surprend cependant par son caractère différent, moins fantastique et féerique.

Neil Young + Promise of the Real, Wolf Moon


Neil Young, rockeur vétéran de son état, fantastique compositeur dans l’urgence, fait cette fois équipe avec Promise of The Real, un groupe dans lequel officie le fils de la légende de la country Willie Nelson. Fidèle à lui-même, Neil Young déverse sa colère en musique, une charge politico-écologique contre les grandes corporations industrielles.

Carly Rae Jepsen, I Really Like You


Celle que nous connaissons essentiellement pour le tube Call Me Maybe revient avec un deuxième album, toujours dans la même veine pop commerciale, Emotion. La sortie de l’album est accompagné du single I Really Like You, notons au passage la profondeur de l’univers de l’artiste, qui reçoit un très bon accueil jusqu’à présent.

Wolf Alice, Giant Peach


Toute la complexité et l’ambivalence du groupe se résume dans son nom, une créature déguisée en innocent. Sur leur nouvel album My Love Is Cool, le groupe cherche à muer en une créature pluricéphale, capable de lorgner vers la disco avec Freazy, un grunge plutôt psychédélique sur Giant Peach, un album qui tient autant de Carlie XCX que de Failure.