PARTAGER

Le piratage de 57 millions de clients d’Uber et de 7 millions de chauffeurs VTC a été réalisé en octobre 2016. Uber vient seulement de le révéler.

Une attaque qui date maintenant de plus d’un an

Uber nous apprend qu’en 2016, les données de 57 millions d’utilisateurs ont été dérobées par des pirates informatiques. Elles comprenaient des informations personnelles telles que les noms, les adresses électroniques et même les numéros des permis de conduire des utilisateurs. Il semblerait que les données concernant les cartes de crédit et numéros de sécurité sociale n’aient pas été compromises.

Le PDG d’Uber, Dara Khosrowshahi affirme qu’il n’a eu connaissance que récemment de cette attaque. La société elle, l’aurait découvert en octobre 2016 et aurait versé 100 000 dollars aux pirates pour qu’ils ne revendent pas les informations volées.

Les données en question étaient stockées sur l’Amazon Web Service. Uber révèle que deux personnes « extérieures à l’entreprise » sont parvenues à accéder aux fichiers. Aucun signe de fraude en lien avec une violation de confidentialité des fichiers n’a été repéré. De ce fait, la société estime qu’ils ont été supprimés suite au versement des 100 000 dollars.

uber
Crédit photo : Praveesh Palakeel – Unsplash

Le PDG d’Uber reconnaît l’obligation légale de divulguer l’incident

Le PDG reconnaît que la société aurait dû communiquer sur l’incident bien plus tôt. « Rien de tout cela n’aurait dû se produire, et je ne chercherai pas d’excuse », a-t-il dit. L’entreprise propose une surveillance des comptes et une protection contre le vol d’identité aux conducteurs touchés par le piratage.

Il ne s’agit d’ailleurs pas du premier incident de ce genre pour Uber. Au printemps 2014 l’entreprise avait déjà été frappée par une cyberattaque. À l’époque, 50 000 renseignements personnels s’étaient trouvés en danger. La société avait alors attendu huit mois pour révéler le piratage au grand public.

Pour justifier le délai entre la découverte et la révélation des attaques, l’enreprise s’explique. « Nous pensons que c’était une erreur, et c’est pourquoi nous prenons maintenant ces mesures de protection ».

uber
Crédit photo : Why Kei – Unsplash
Source :

CNET