PARTAGER

Alors que la console hybride de Nintendo rencontre un véritable succès mondial, certains aimeraient savoir quand il sera possible de goûter à des jeux AAA sur celle-ci.

Une capacité maximale de 32 Go pour les cartouches

La Nintendo Switch propose déjà de très bons titres, et pour certain, très bien optimisés. Mais beaucoup d’amateurs de la petite console hybride voudraient pouvoir lancer de gros jeux, sans pour autant devoir investir dans une PS4 ou une Xbox One. Et il semblerait que la Switch ne manque pas de puissance pour faire tourner les gros titres proposés par les différents studios.

cartouches
Crédit photo : customprotocol.com

Le problème se situe donc à un autre niveau. En effet, ce sont les cartouches de jeux qui posent problème. Leur capacité ne peut pas dépasser 32 Go et de ce fait, les jeux qui sont développés doivent s’y adapter. Et évidemment, cette capacité est trop faible pour contenir de vrais « gros jeux ». Le titre L.A Noire par exemple, a réussi à tenir sur une cartouche, alors qu’il date déjà de 2011. Autant dire qu’aucun jeu actuel ne peut se le permettre.

Les cartouches 64 Go repoussées à 2019

Nintendo les avait initialement annoncées pour courant 2018. Il semblerait cependant que le délai ait été rallongé de quelques mois, selon les informations du Wall Street Journal. Ainsi, on devrait pouvoir en bénéficier à partir de 2019. Par ailleurs, une grosse partie des éditeurs attendent ces fameuses cartouches pour proposer des titres sur Switch. De ce fait, plusieurs sorties devraient également être retardées.

cartouches
Crédit photo : Nintendo – Unsplash

Selon un analyste du nom de Daniel Ahmad, le coût du portage des jeux sur des cartouches de 32 Go est déjà très élevé. « si un éditeur veut faire un jeu sur une cartouche de 32 Go sur Switch, cela lui coûterait 60 % plus cher que de le faire sur un Blu-ray de 50 Go sur PS4/Xbox One ». Il reste donc une ultime solution, qui consisterait à télécharger le contenu une fois « la base du jeu » installée via la cartouche. Mais ce serait bien dommage d’en arriver là.

Source :

Kulturegeek