PARTAGER

L’OMS (Organisation mondiale de la santé) a récemment classifié au rang de maladie l’addiction aux jeux vidéo. Plus largement, l’impact des écrans sur la santé, le développement cognitif et la stabilité sociale interroge. Des dirigeants d’Apple, Google et Facebook interdisent à leurs propres enfants d’utiliser les nouvelles technologies avant un certain âge. Et, à la vue d’une récente enquête diffusée par France 2, on les comprend…

Quand les écrans sont une drogue

En ce début d’année 2018, le journal télévisé grand public de la chaîne de télévision France 2 a diffusé un reportage qui avait de quoi inquiéter de nombreux téléspectateurs. Il y était question d’une expérience menée dans quatre familles lambda. La problématique étudiée était de savoir si les écrans pouvaient être une drogue et, si oui, à quel degré :

Méthodologiquement, on ne sait pas exactement comment ont été choisies les quatre familles en question. Toujours est-il qu’elles avaient des enfants équipés de tablettes dès leur jeune âge. Par exemple, Tait a 10 ans, Sam et Lucas 9 ans, et Adrian 8. L’objectif poursuivi par les enquêteurs était de déterminer ce qui est capable de pousser les enfants absorbés par les écrans à les quitter des yeux… Bien sûr, les parents sont complices dans toute cette histoire.

Une expérimentation qui fait froid dans le dos

Les enfants observés sont habitués à rester devant leur tablette pendant que leurs parents s’occupent de la maison, du couvert, de la cuisine… L’expérience relayée par France 2 et réalisée par une marque alimentaire souhaitant promouvoir les repas familiaux traditionnels a donc désiré aller plus loin…

écoles
Crédit photo : CC0 Public Domain – PxHere

Si les parents changent les tableaux accrochés aux murs de la pièce, il n’y a absolument aucune réaction. Et ce même si les couleurs sont très différentes ou vives. Si la mère de famille est remplacée par une femme inconnue habillée dans les mêmes tons, toujours rien ! Les réactions sont également nulles si la même chose est tentée avec de « faux » frères et sœurs, même avec un gabarit ou une couleur de peau différente.

Seule la coupure du wifi à l’aide d’un brouilleur pousse le jeune geek à s’inquiéter et à sortir de son écran. À ce moment-là, les enfants en question se rendent compte de tous les changements intervenus autour d’eux pendant qu’ils jouaient avec leur tablette, et ils ont de quoi avoir des sueurs froides. Les spécialistes et psychiatres sont donc particulièrement inquiets vis-à-vis de ces addictions aujourd’hui générales. Du coup, les cures de désintoxication se multiplient.

Source :

France 2