PARTAGER

Ces dernières années, la notion de « start-up » a eu le vent poupe. Le temps passant, l’optimisme général a été assombri par diverses faillites, révélations, doutes… Et il en est de même pour plusieurs des GAFAM qui ont porté avec elle l’essor du net et des nouvelles technologies. Une enquête de The Guardian relayée par le quotidien Le Monde vient donner du grain à moudre aux détracteurs de Facebook. Les employés de la multinationale seraient doucement sommés de se tenir à carreau…

Ne pas se fier aux apparences

Et si les GAFAM n’étaient que le joli nom de Big Brother ? À en croire des salariés et d’anciens employés, les conditions de travail au sein de Facebook seraient tout sauf enviables. Pour le décorum, la société de Marc Zuckerberg fait comme tout le reste de la Silicon Valley : belles salles de repos, tennis de table à disposition, smoothies pour se rafraîchir, agréables sofas… Mais, derrière cette vitrine, il y aurait une véritable coercition psychologique. Rien ne doit fuité ! L’entreprise demande, dans chaque contrat de travail, d’avoir le droit de consulter les comptes sur les réseaux sociaux, les appels téléphoniques, les courriers électroniques et la navigation web de chaque employé. Ça fait peur !

Le cas de Google sera plus facilement décrit grâce à un reportage vidéo de France 2 :

Certaines confidences sont très fortes. Un collaborateur de Facebook explique même : « Ils vous écraseront comme des insectes ». Vous connaissiez, du côté des cabinets de recrutement, les chasseurs de têtes ? Eh bien, au sein du groupe Facebook, il y aurait carrément du personnel dédié à la chasse aux « taupes » ! Même les informations les plus anodines ne doivent jamais filtrer, y compris auprès de la famille et des proches. Des employés parlent d’une véritable « police secrète ». Ces équipes utilisent tous les moyens technologiques possibles pour fliquer les employés. Des pièges seraient carrément tendus, volontairement, pour tester les salariés. Chez Apple et Google, les choses ne seraient pas forcément mieux…

La popularité des GAFAM en berne ?

Ces derniers mois, diverses informations ont contribué à entamer la réputation de plusieurs GAFAM. Les révélation du Monde au sujet de Facebook arrivent alors que la société vient de dégringoler en bourse. Ses actions ont perdu au moins, à l’heure où nous écrivons, 60 milliards de dollars pour ce qui est de leur valorisation. En cause : une entreprise anglaise ayant utilisé le célèbre réseau social pour détourner des données en faveur de la campagne de Donald Trump. Il s’agit peut-être d’un nouveau scandale en perspective pour le président des États-Unis, si jamais il avait un lien direct avec ce détournement opéré par Cambridge Analytica.

Apple a de son côté déçu avec l’obsolescence programmée des batteries de plusieurs iPhone. La réaction de la marque à la pomme a été rapide, mais le capital de confiance des inconditionnels en aura été malgré tout entamé. Des employés d’Amazon seraient quant à eux nombreux à être impliqués dans le proxénétisme et la prostitution, à l’instar de ceux de Microsoft, d’après des fuites datant de décembre dernier… La première entreprise mondiale est en outre régulièrement accusée d’adopter des méthodes de management inhumaines :

Et la liste pourrait être longue. Alors faites attention quand vous autorisez ces géants à accéder, d’une façon ou d’une autre, à certaines de vos données ! Réfléchissons-y à deux fois…

Source :

Le Monde