PARTAGER

Quand on y réfléchit, les nouvelles technologies sont encore vraiment nouvelles. D’une manière générale, elles n’existent pas depuis très longtemps. En outre, elles se chassent les unes les autres au gré des progrès et perfectionnements. Du coup, la notion de génération joue beaucoup dans leur usage, les jeunes étant naturellement les mieux placés. Pourtant, les lignes commencent à bouger et nos aînés se mettent peu à peu aux écrans…

Les start-up sur le front

Lorsque l’on a travaillé et vécu des décennies sans Internet ni ordinateur, on passe généralement sa retraite à faire de même. On ne voit logiquement aucune nécessité à changer de mode de vie. Pourtant, les personnes âgées sont de plus en plus nombreuses à s’intéresser aux nouvelles technologies, la plupart du temps grâce à l’action de commerciaux sachant trouver les arguments qui font mouche. Ce sont effectivement les start-up qui se trouvent en première ligne. Beaucoup se sont spécialisées dans le confort, la sécurité, l’assistance ou la surveillance de personnes malades ou affaiblies. Arte a d’ailleurs réalisé dans son FutureMag un reportage sur « la technologie au service des seniors » :

Le jeudi 5 avril 2018, un Salon des seniors s’est ouvert à Paris, porte de Versailles. Celui-ci est pour plusieurs entreprises l’occasion de montrer des services technologiques très innovants à l’attention d’un public plutôt âgé. Les plus grandes réussites de ces dernières années sont Courseur pour livrer des courses chez des invalides, L’Opticien qui bouge afin de faire choisir des lunettes à une personne ne pouvant se déplacer, ou encore Cycléo pour faire du vélo d’appartement en toute sécurité. L’ensemble de ce segment du marché représenterait près de 100 milliards d’euros l’an pour le seul Hexagone.

L’attitude des seniors

Globalement, les seniors estiment que la technologie est une bonne chose. C’est ce qui ressort de tous les sondages, même quand les personnes interrogées ne sont pas du tout ou presque pas équipées. La plupart de nos aînés ont cependant peur d’être envahis par les appareils électroniques. De fait, si les trois quarts des Français sont équipés d’un smartphone, ce taux redescend à un tiers pour les plus de 70 ans. Ces derniers, lorsqu’ils ont un iPhone, ne l’utilisent que pour passer des appels et, à la limite, échanger des SMS. En revanche, vidéos, photos et navigation web ne sont pas (encore) entrées dans leurs habitudes. Voici un petit reportage sur les seniors face aux nouvelles technologies :

Les enquêtes font état d’une certaine fracture générationnelle vis-à-vis des nouvelles technologies. Elle se situerait aux alentours de 60 ans. Les seniors auraient une conception de la civilisation plus traditionnelle. Les plus jeunes seraient en revanche à fond dans le numérique, avec un besoin lancinant de nouveauté. Ces différences peuvent être à la source de divers malentendus. Ainsi, il faut bien se figurer que les seniors préfèrent une visite et un appel de vive voix à un MMS ou un e-mail… Alors n’oubliez pas d’aller voir votre grand-mère !

Source :

La Croix