PARTAGER

La plupart des outils sont neutres en eux-mêmes. C’est souvent leur utilisation qui peut être bonne ou mauvaise. Or, chaque nouvelle invention technologique apporte son lot de questionnements éthiques… Aujourd’hui, c’est la dernière démonstration de force de Google Duplex qui pose une question très actuelle. Un robot doit-il s’annoncer en tant que tel au téléphone, surtout s’il passe de façon parfaite pour un être humain ?

Les progrès du Google Assistant

Vous vous souvenez de la bonne vieille dame qui vous accueille à l’écoute de votre boîte vocale ? À l’image des annonces de la SCNF, la débit de la voix ne fait pas très naturel… Mais les assistants personnels robotisés ont désormais largement dépassé ce stade de l’enfance !

Le très attendu événement Google I/O a commencé le 8 mai dernier pour prendre fin deux jours plus tard. Ce rendez-vous mondialement suivi a été le théâtre d’une incroyable démonstration appelée « Google Duplex ». À cette occasion, les ingénieurs de la firme ont utilisé le système du Google Assistant pour qu’un robot prenne une réservation chez un coiffeur. Et la prestation réalisée a fait plus vrai que nature. Tout le monde ne peut qu’en être bluffé, impressionné. Mais aussi, peut-être, inquiet…

L’interrogation éthique

Au téléphone, nous ne pouvons voir ou toucher notre interlocuteur. Or, avec le perfectionnement de l’IA (intelligence artificielle), les robots font de plus en plus facilement illusion. Faut-il alors, pour des raisons morales, que ces robots s’affichent en tant que tels en annonçant d’emblée leur nature ? La question est d’autant plus sérieuse que, dans quelque temps, nous pourrons également croiser dans notre vie quotidienne des robots androïdes parfaitement réussis. Et le problème sera le même si nous sommes dans l’impossibilité de détecter ce qu’ils sont vraiment… 01netTV revenait récemment sur le Google I/O 2018, avec une vision plus large des sujets qu’il a abordés :

L’équipe de Mountain View est parfaitement consciente des enjeux. C’est pour cette raison que la direction n’a pour l’instant annoncé aucune date de sortie. Plusieurs solutions sont envisagées, sans nécessairement s’exclure entre elles. La première est l’obligation d’un message en début de conversation faisant état de ce que l’appelant est un robot Google Assistant. Une autre possibilité, complémentaire, serait d’autoriser chaque entreprise ou commerce (puis, éventuellement, particulier) à refuser systématiquement – ou non – tout appel de la part d’un robot. Seul l’anglais est concerné par la phase des tests actuellement en cours. À suivre donc !

Source :

Numerama