PARTAGER

La toute dernière console de Nintendo rencontre un succès phénoménal. Les exemplaires s’écoulent comme des petits pains depuis sa sortie au printemps 2017. Sa technologie hybride y est d’ailleurs pour beaucoup, et l’idée remonte apparemment à 2012.

Nintendo reste rivé vers le futur

Avec sa console Wii U, Nintendo n’a pas du tout rencontré le succès attendu. Pire même, ce fut ce que l’on peut considérer comme un échec commercial. Or, de récentes révélations nous éclairent sur les circonstances de la création de la Switch, qui remontent donc à 2012. Yoshiaki Koizumi (le directeur adjoint de la firme) et Shinya Takahashi (le responsable du développement de la Switch) expliquent que : « Nintendo réfléchit toujours à une future console […] Après le lancement de la Wii U en 2012, nous débattions déjà sur le concept pour la prochaine génération ».

2012
Crédit photo : wikipedia

Ainsi, Nintendo était déjà en train de travailler sur le concept de console de salon hybride lorsque la Wii U a été lancée. Deux concepts clés devaient définir la future console. Le premier consistait à inclure des manettes détachables à la console, que l’on retrouve sous la forme de Joy-Con sur la Switch. Le second devait permettre de jouer partout, tout en conservant les caractéristiques et la puissance d’une console de salon.

Deux types de joueurs se différencient

Yoshiaki Koizumi explique avoir observé qu’il existait deux types de joueurs : ceux qui préfèrent jouer de façon nomade ou profiter de jeux sur smartphones, et ceux qui s’impliquent réellement et achètent des consoles de salon comme la PlayStation ou des ordinateurs dédiés aux jeux vidéo.

switch
Crédit photo : Nintendo

Leur idée était donc de proposer une combinaison efficace de ces modes de jeu, afin de réunir la communauté autour d’une seule et même console. C’est en tout cas la promesse faite par la Nintendo Switch. La machine reprend les deux concepts clés d’une véritable console hybride : les manettes détachables et un caractère nomade (et performant).

Source :

Kulturegeek